mercredi, 08 août 2018 11:51

Davis Acoustics Courbet n° 7 : le test

Évaluer cet élément
(7 Votes)
Davis Acoustics Balthus n° 7

Depuis maintenant quelques semaines nous possédons en magasin une paire de Davis Acoustics Courbet n° 7, fleuron de la nouvelle gamme Courbet qui signe un renouveau bienvenu chez le fabricant champenois. Le Design est sobre et élégant, il permet aux enceintes de cette gamme de s'intégrer parfaitement dans tous les intérieurs même les plus élaborés. Les équipements (haut-parleurs) de cette gamme sont de nouvelles créations hormis le medium qui équipait déjà les fameuses Olympia One Master.

Il était temps, pour nous, en ces périodes estivales de les mettre sur le grill. Surtout que les quelques écoutes déjà réalisées nous semblaient plus que prometteuses...

 

Système écouté : (lien boutique web)


Lecteur de CD et DAC : Fonel Simplicité Plus
Amplificateur intégré : Leema Tucana II Anniversary
Enceintes : Davis Acoustics Courbet n° 7
Câble de modulation : Fonel Référence
Câbles pour enceintes : Studio Connections Reference Plus
Cable secteur : Dilixaudio Power One
Barrette secteur : Isol-8 - Dilixaudio mini-Terra

 

Le Choix des éléments :

Davis Acoustics Courbet 7 


Platine CD Fonel Simplicité Plus et Leema Tucana II Anniversary :

Le choix des électroniques à associer aux Davis Acoustics Courbet n° 7 fut simple à déterminer. Nous devions tester ces enceintes avec des électroniques les plus neutres, les plus précises et les plus musicales que nous possédions.

Pour la platine CD, la dernière mouture du Fonel Simplicité + est tout à fait exceptionnelle. C'est de loin le lecteur de CD le plus précis que nous possédons, une bande passante sans fioritures, une dynamique à couper le souffle et une capacité à construire une scéne sonore holographique très étonnante.

Pour l'amplificateur, depuis plus d'une année maintenant, la société Galloise Leema nous a gratifié d'un intégré, le Tucana II Anniversary lui aussi exceptionnel, d'une neutralité et d'une précision rarement écoutées. Cet amplificateur n'ajoute, ne modifie en rien le signal amplifié, c'est un pur bonheur pour l'audiophile exigeant.

Pour les câbles, nous nous sommes équipés de valeurs sûres. Les Haut-Parleurs en Studio Connections Reference +, en modulation les Fonel Reference qui sont eux aussi d'une très grande neutralité et transparence sans aucune remontées dans le haut du spectre sonore contrairement à de nombreux câbles très en vogue en ce moment (dans la presse spécialisée française principalement). Pour la partie secteur électrique, deux superbes câbles également, l'insurpassable Dilixaudio Power One pour l'amplificateur et le Fonel Reference pour la platine CD. Nous ne reviendrons jamais assez sur l'importance d'un câble secteur... Ce n'est pas une croyance mercantile, c'est un Fait !

Davis Acoustics Courbet n°7 :

Davis Acoustics Courbet 7

 

 La Davis Acoustics Courbet n° 7 est une enceinte 3 voies utilisant 3 haut parleurs d’exception, tous les trois fabriqués en Champagne sur site du concepteur troyen :

  • Le tout nouveau tweeter a double décompression qui va équiper les Nouvelles Karla 2.0,
  • Le Haut parleur Medium des Olympia one master (diapason d’or 2016),
  • Un haut parleur 17 cm « Carbone » très rapide et très défini, conçu sur mesure afin d’atteindre une courbe générale proche de la ligne droite.

Davis Acoustics Courbet 7

Cette enceinte colonne Davis Acoustics Courbet n° 7 convient parfaitement à des pièces d'un volume compris entre 45 et 120 m³. 

Davis Acoustics Courbet 7

Caractéristiques :

Type : 3 voies
Charge : bass-reflex
Rendement : 92 dB 
Puissance de l'amplificateur conseillée : max. 200 Watts
Bande passante : 40 – 25.000 Hz 
Boomer : 17 cm fibre de carbone
Médium: 13 cm kevlar 
Tweeter : 28 mm dôme souple
Filtre : grave : 400 Hz - médium : 4 000 Hz 
Dimensions (L x H x P) : 19 x 110 x 28 cm. 
Poids : 24 kg (unité)

Lien Boutique Web : DAVIS ACOUSTICS COURBET n° 7

 

Davis Acoustics Courbet 7

Les Musiques écoutées :

 
Jacintha Miyuji Kaneko Roger Waters Keiko Lee
  Verdi   Oregon   Keith Jarrett   Eric Clapton

 Toutes les musiques écoutées sont des CD.

Les Ecoutes :

Les écoutes ont été réalisées dans une pièce d'un volume d' environ 105 m³. Ecartement des enceintes (tweeter à tweeter) 2,35 m., distance du fauteuil 2,75 m.. Les enceintes sont à environ 1,20 m. des murs arrières et à 1,15 m des murs latéraux. Elles sont positionnées sur des supportsDilixaudio Stabile.  Les électroniques sont installées sur un meuble Spectral + support Rogoz ou Dilixaudio Cantabile  (+ un Neodio B1 positionné au dessus de l'alimentation de l'amplificateur).

 

  • Claude Debussy, Pélléas et Mélisande : si dans le répertoire lyrique français il ne devait rester qu'une oeuvre musicale, ce serait cet opéra. C'est ce que nous pensons depuis très longtemps. Que ce soit la musique, ou le livret, tout ici tend au sublime. La version de Claudio Abbado chez DG est un vertige sonore saisissant, les chanteurs sont loin d'être parfaits mais rien que pour la beauté de la Philharmonie de Vienne (les cordes sont somptueuses) cette version mérite le détour.
    Première bonne nouvelle les Davis Acoustics Courbet n° 7, elles passent propose une restitution sonore de cet opéra sans que nous ressentions le besoin d'arrêter notre écoute au bout de 10-15 minutes. Certes ces belles enceintes de type colonne manquent un peu d'ampleur dans les graves, certes les aigüs pourraient être un peu plus souples mais, pour des enceintes à moins de 5.000 euros ttc la paire, elles se positionnent d'emblée dans ce qui ce fait de mieux. Les voix s'expriment avec une vraie présence, les couleurs de l'orchestre sont rendues avec réalisme, la dynamique, malgré un niveau d'écoute assez élevé, n'est jamais tassée. Nous sommes impressionnés par l'image sonore reproduite qui est réellement holographique. Cela démontre un très bon travail sur la mise en phase des différents haut-parleurs qui équipent cette Courbet n° 7, bravo à l'équipe de développement.

  • J.-S. Bach, L'Art de la Fugue : si il ne devait rester qu'une oeuvre musicale après l'Apocalypse, ce serait certainement celle-la. A partir de rien, ou de presque rien, le compositeur allemand à la veille de sa mort érige un Absolu qui tend vers le néant (cette oeuvre s'achève sur la 14éme Fugue bâtie sur les notes B.A.C.H). Elle paraît inachevée mais l'est-elle réellement ? La pianiste chinoise Zhu Xiao-Mei nous en livre une lecture humaine et passionnante. Les 72 minutes de ce CD passe à une vitesse rare...
    Là encore les Davis Acoustics Courbet n° 7 ne déçoivent pas. La polyphonie de cette oeuvre devient un régal et, chaque voix se suit avec aisance. La main gauche de la pianiste (les notes graves du piano) est d'une très belle lisibilité, les basses sont rapides et franches. La main droite (les notes moyennes et hautes) est précise elle ne semble jamais agressive. L'acoustique de l'église où cette prise de son de belle qualité a été réalisée est reproduite avec beaucoup d'informations, la réverbération naturelle est bien présente mais elle reste discrète, elle n'est jamais amplifiée et surjouée. Le seul petit reproche que nous pourrions exprimer est que le son semble légèrement projeté vers l'auditeur ce qui, sur de longue période d'écoute à haut niveau, peut fatiguer. 

  • Alban Berg, Concerto pour violon "A la mémoire d'un ange" : ce compositeur viennois est un maître de la Musique, il a clôturé une époque et révolutionné la musique "savante". Ce concerto c'est l'avant et l'après, c'est l'avant en utilisant la tonalité avec le rappel d'un choral de Bach et, c'est l'après avec l'emploi de la série (dodécacophonisme) afin d'unifier et de tirer l'oeuvre vers le Mystique. Ici, Berg utilise la série mais elles n'est pas une fin en soi comme chez Schonberg et Webern, elle est un outil afin d'universaliser la musique et de développer des routes pour l'avenir, nous sommes en 1935.
    Les Davis Acoustics Courbet n° 7, même si tout n'est pas parfait, permettent de suivre cette oeuvre exigeante et d'apprécier le, les dialogues entre le soliste et l'orchestre. Nous retrouvons ici les qualités et défauts énoncés lors des deux précédentes écoutes. Le violon est un instrument qui sétend sur une bande passante d'environ 200 Hz à 16.000 Hz. Il est donc reproduit par les 3 Haut-Parleurs équipant les Courbet n° 7. Ainsi, il nous est simple de remarquer si ces enceintes proposent une écoute uniforme, sans détimbrage (changement de couleur de l'instrument) particulier. Le test est réussi, nous avons bien face à nous un seul violon soliste, du grave de l'instrument aux notes les plus élevés le violon reste uni. Point négatif, nous aurions souhaité des aigüs plus soyeux et subtils et une projection sonore un peu moins prononcée. Les cordes graves du Boston Symphony Ochestra sous la direction de chef japonais Seiji Ozawa sont de toutes beautés même si un peu plus d'ampleur eut été agréable. Nous énonçons ces quelques remarques car à l'écoute des Courbet n° 7, il est assez facile d'oublier leur tarif et, il nous est aisé de se croire face à des enceintes plus onéreuses d'où une exigences supérieures.

  • A. Stradella, Sonata a 8 Viole con Una Tromba : ce compositeur de la fin du XVIIéme siècle nous livre ici, une oeuvre charmante exécutée par C. Steele-Perkins à la trompette naturelle (sans piston), une belle prouesse !
    Afin de tester votre système Hi-Fi, écoutez ce superbe enregistrement à fort niveau. Si vous supportez l'audition plus de quelques minutes alors votre chaine Haute-Fidélité est de qualité sinon... 
    Les Davis Acoustics Courbet n° 7 passent le test avec brio. La trompette est reproduite avec une belle vérité et, seules les cordes par moment annoncent quelques verdeurs mais, attention au naturel ces cordes (copies d'instruments d'époque montés en cordes boyaux et au diapason plus bas) prononcent déjà quelques acidités pour nos oreilles habituées au diapason à 440Hz. Belle uniformité des timbres, belle scéne sonore et dynamique respectée, le bilan est largement positif à l'écoute de cet enregistrement Sony Vivarte.

Voilà, après l'écoute de ces 4 extraits musicaux, nous avons une approche très précise des capacités, des points positifs, nombreux, et des points négatifs, rares des enceintesDavis Acoustics Courbet n° 7. 
Les 4 extraits musicaux suivant sont là parce que certains audiophiles pensent encore que certaines enceintes sont dédiées à telles ou telles musiques... Il est de notre avis que seuls des instruments enregistrés "naturellement" de manière acoustique permettent de se fabriquer une vraie opinion, un vrai jugement. Tout le reste n'est que fantasme d'audiophile en manque d'expérience musicale... 

  • Grave - Medium - Aigü : A l'écoute de "musiques modernes", les Davis Acoustics Courbet n° 7 proposent un grave rapide et consistant sans effet de "caisse". C'est certainement le registre le plus réussi. L'infra bassse ne fera pas trembler les murs de votre maison mais est-ce bien utile ? Mieux vaut un grave réussi qu'un bourdonnement dans l'infra grave constant et systèmatique qui devient vite insupportable. Le haut medium est légèrement mis en avant et cela se ressent à l'écoute des voix, que se soit celle de A. Bashung ou celle de R. Banna il faut que l'auditeur s'y adapte. Nous devons avouer que ce type d'écoute (à la française) nous devient vite insupportable, nous estimons que les voix humaines perdent de leur vérité et qu'elles deviennent, de part des sifflantes assez prononcées, fatigantes. Sur le medium, lui-même 200Hz -> 1.500 Hz les timbres sembent justes, dans tous les cas il nous est difficile et pratiquement impossible de déterminer une coloration qui serait apportée par les haut parleurs utilisés. Cette coloration doit exister mais elle n'est dans aucun cas gênante, nous ne sommes pas en présence de matèriaux "pseudo-plastiques" utilisés par de très nombreux faiseurs qui imposent des "harmoniques" (coloration) vite désagréables.
      
  • Dynamique & Transparence : C'est encore une bonne surprise, les Davis Acoustics Courbet n° 7 sont des enceintes rapides et, donc dynamiques. Ces deux critères sont jumeaux, il n'y a pas de dynamisme sans rapidité : voir le manque criant de réelle dynamisme de nombreuses enceintes "haut rendement" qui compensent leur "lenteur" par une projection de tous les sons et que certains audiophiles mal informés ou malhonnêtes intellectuellement prennent pour de la dynamique.
    Quant à la transparence, nous n'ateignons pas ici les possibilités d'enceintes très Haut de Gamme (Lawrence Audio Dove ou Penguin par exemple) mais elle est respectable et, rien dans l'écoute ne vient gâcher le plaisir à apprécier le son tel ou tel guitariste, l'énergie de tel ou tel batteur par exemple.

  • Scène Sonore : Si la phase acoustique est bien respectée, si le registre grave est bien construit alors vous avez 100% des chances d'avoir une scéne sonore reproduite qui sera réellement 3D. C'est le cas avec les Davis Acoustics Courbet n° 7
    Maintenant il ne vous reste plus qu'à trouver des enregistrements sonores permettant de goûter les qualités "holographiques" de ces enceintes. Essayez de bons enregistrement live, certains de ce point de vu peuvent être étonnants !

 

Davis Acoustics Courbet 7 

Conclusions :

Les points positifs l'emportent sur les points négatifs ce qui fait de ces Davis Acoustics Courbet n° 7 de bonnes enceintes et, certainement une nouvelle Référence incontournable dans cette gamme de prix.
Pour en profiter pleinement, même si vous risquez de perdre un peu de célérité et de dynamisme, associez les à des amplificateurs doux : un très bon amplificateur à Lampes (merci d'éviter toutes les horreurs chinoises à deux francs six sous qui traînent beaucoup parmi une certaine frange de soit disant passionnés), un bon amplificateur à transistors comme un Marantz PM14, ou peut être mieux encore un bon pure Classe A (Fonel ?) mais ils sont rares et malheureusement et logiquement onéreux. 

Davis Acoustics Courbet 7

Les Notes  :
 
   Fabrication : 14/20
   Image : 15/20
   Timbres : 13/20
   Dynamique : 15/20
   Transparence : 14/20 
   Qualité/Prix : 17/20


Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51. Les avis donnés ne concernent que le produit testé.

Lu 194 fois

Laissez un commentaire

Vérifiez à bien remplir les champs requis dans le formulaire signalés par (*).


Afin d'éviter le captcha, nous vous conseillons de vous connecter au blog via : http://www.opus51.fr/connexion