jeudi, 20 août 2015 09:43

Leema Elements DAC : le test

Évaluer cet élément
(29 Votes)

Ne revenons pas sur l'historique de la société Leema créée au Pays de Galle en 1998 par deux ingénieurs de la BBC Lee Taylor et Mallory Nicholls.

Le Convertisseur (DAC) préamplificateur testé ici est issu de la gamme Elements et vient compléter un lecteur CD, un amplificateur intégré stéréo, un bloc de puissance stéréo, un préamplificateur analogique et un superbe préphono MM et MC.


FABRICATION :

Ce test va nous permettre, vous permettre de découvrir le savoir faire "numérique" de la firme galloise. Ce DAC/préamplificateur se présente sous un un format inhabituel de 21,7 cm de large contre 43 cm pour le format standard, le châssis est rigide, la face avant est réalisée en aluminium de forte épaisseur. Le DAC Elements est disponible en finition noire ou argent-blanc du plus bel effet. Une fois en main les produits Leema Elements inspirent confiances.

Le Leema Elements DAC a la particularité d'être non seulement un DAC haut de gamme mais également un préamplificateur muni d'entrées numériques et de deux entrées analogiques. Autre fonctionnalité très intéressante, le Elements DAC se transforme en un superbe amplificateur pour casque audio.
Dans ce test il sera utilisé comme DAC à sortie fixe et les "données" musicales lui seront desservies soit par la platine CD/SACD Haut de Gamme Yamaha CD-S3000, soit par un PC équipé du logiciel JRiver que nous vous conseillons vivement si vous êtes adeptes des écoutes de musiques dématérialisées..


Caractéristiques principales 

DAC: Quattro 24bit/192kHz with multiple CS 4351 converters and Wolfson WM8805 low jitter receiver. Leema USB-M1 24/192 Module

Bande passante : 20Hz to 20kHz (+/- 0.25dB)
Distortion : inférieur à 0.001% (@ 1kHz)
THD : 0.005% (@ 0dBFs)
Jitter : moins de 50ps (@ 1kHz)

Sorties disponibles (niveau fixe ou variable) :
     - 1 x RCA stéréo
     - 1 x XLR stéréo

Entrées disponibles :
     - 1 x RCA stéréo (analogique)
     - 1 x mini jack 3.5 mm en façade (analogique)

Entrées numériques :
     - 3 x S/PDIF Coaxiale
     - 3 x S/PDIF Opticale
     - 1 x USB asynchrone

Sortie casque (3.5mm jack): 1

Télécommande : oui


Musiques écoutées :

  1. CD - M. Moussorgsky - Berceuse (Vishnevskaya - Rostropovich / Mercury 1962/2014)
  2. CD - Arvo Pärt - Passio (Passio - ECM 1988)
  3. HD - Marillion - Gaza (Sounds That Can't Be Made - Ear Music 2012)
  4. HD - Count Basie - Oh, Lady be Good! (Count Basie and the Kansas City 7 -Impulse 1962/2010)
  5. HD - H. Berlioz - Marche au supplice  (Symphonie Fantastique (Eugene Goossens - Everest 1959/2006)
  6. CD - Schubert - La Truite "Andantino" (Alvarez Quartet-B Furtok - Tacet 2001)


IMAGE :

Le compositeur estonien Arvo Pärt né en 1935 est associé au mouvement musical nommé Minimaliste, mais cela est certainement une  grossière erreur. Il n'existe aucun rapport entre les musiques de S. Reich, P. Glass ou J. Adams et celles très européennes de Arvo Pârt. Après un passage chez les sérialistes (Stockhausen, Nono, Boulez...), en 1968 le compositeur, natif de Paide, étudiera le plain-chant grégorien et les compositeurs médiévaux français et flamands (Guillaume de Machaut, Josquin des Prés...) et c'est en 1979 qu'il composera ses oeuvres les plus connues : Fatres et Tabula Rasa. A cette époque le compositeur expliquera sa manière de composer de la musique : « Je travaille avec très peu d'éléments - une ou deux voix seulement. Je construis à partir d'un matériau primitif - avec l'accord parfait, avec une tonalité spécifique. Les trois notes d'un accord parfait sont comme des cloches. C'est la raison pour laquelle je l'ai appelé tintinnabulation ».
Son oeuvre, pour nous l'une de ses plus abouties, la Passio Domini nostri Jesu Christi secundum Joannem, plus souvent appelée Passio, est basée sur la Passion du Christ selon l'Évangile de Jean pour solistes, chœur et orchestre. Sa composition s'achève en 1982. Le CD ECM que nous dégustons grâce au DAC Leema Elements est sa première trace enregistrée. Les 6 chanteurs solistes, le choeur et le petit ensemble instrumental (violon, hautbois, violoncelle, basson et orgue) prennent place dans un espace très bien défini avec la réverbération attendue d'une vaste église telle la Saint Jude on the Hill de Londres, endroit où se réalisa cet enregistrement. La précision dont fait preuve le Leema Elements DAC est bluffante, quelque soit les masses sonores reproduites tous les plans restent clairs et lisibles, la voix de basse de "Jésus" est de toute beauté et les graves produits par les grandes orgues de l'église sont abyssaux mais ne viennent jamais envahir, noyer les autres parties.

Changement radical de style avec Marillion, groupe anglais rattaché au courant musical Rock-Progressif (King Crimson, Genesis, Yes, Pink Floyd...). Leur premier album est arrivé sur le marché en 1983 alors avec comme chanteur Fish et le dernier en date nous a été livré en 2012. "Sounds That Can't Be Made" constitue le 17° album du groupe, avec comme chanteur Steve Hogarth qui a remplacé le chanteur initial en 1988. Le disque recueille dès sa sortie des critiques élogieuses, y compris auprès de la presse musicale grand public pourtant prompte par le passé à descendre le groupe, et même dans certains médias généralistes comme le Huffingtonpost, The Guardian voire en France Paris Match. La composition "Gaza" très controversée du fait des paroles où Steve Hogarth se met dans la peau d’un petit gazaoui pour dire son désespoir, souvenez-vous des bombardements de Gaza en 2012 ! Ici le groupe joue une musique d'une rare violence intérieure, d'une colère noire retenue à la production pratiquement parfaite, pour ce type de musique. L'image, construite en studio semble idéalement mise en valeur, dans cette version Haute Définition 24/96, par le Leema DAC Elements. Le chanteur se détache au milieu de la scène avec une très grande stabilité, les effets spéciaux, assez nombreux, envahissent le salon d'écoute et chaque instrument possède son propre espace. Les lignes musicales restent très lisibles malgré, par moment, un discours et une production complexe. 


TIMBRES :

L'histoire de la Musique, de Modest Moussorgsky, a retenu trois oeuvres principales qui sont son poème symphonique Une Nuit sur le Mont Chauve, sa suite pour piano orchestrée par Maurice Ravel Les Tableaux d'une Exposition et son opéra Boris Godounov. Nous vous conseillons, vivement, de jeter une oreille à son cycle de mélodies Chants et danses de la mort d'où est tirée la berceuse qui nous sert de référence pour ce test. "Une mère berce son bébé malade, qui gémit. La Mort apparaît, déguisée en nourrice, et berce le bébé qui s'endort d'un sommeil éternel" ; le couple Rotropovitch nous offre une interprétation poignante et d'une tristesse profonde. Contre toute attente, dans cet enregistrement Mercury Living Presence de 1961 le grand violoncelliste est devant le clavier d'un Grand Piano de concert. Tout commence par quelques accords de la main gauche plaqués avec retenue où nous apprécions le grave et la tenue des notes que distille le Leema Elements DAC. Cette même écoute via le DAC de notre lecteur Yamaha CD-S3000 procure un piano moux et dont le grave manque de consistance, quelle différence de musicalité entre ces deux appareils ! Cette grande différence va également se faire ressentir sur les subtiles variations que la soprano russe Galina Vishnevskaya proposent dans sa magnifique interprétation, les écarts de dynamique, à l'écoute du Leema Elements DAC nous font croire à la présence des artistes dans notre salon, la moindre nuance est retranscrite avec bonheur.

Rien ne sert de présenter ce grand homme de la musique du XXéme siècle qu'était Count Basie de son vrai patronyme Wiliam Basie ayant quitté définitivement la scène en 1984 après 79 ans de bons et loyaux services. Son surnom de "machine a swing" n'a jamais été usurpé. En 1962, il enregistre pour la label Impulse, en petite formation, le magnifique album Count Basie and the Kansas City 7 d'où, pour notre test, nous retiendrons le grand classique des frères Gershwin Oh, lady be Good!. Entouré de 7 musiciens d'exception cet enregistrement des studios van Gelder, quelle référence ! nous délivre un Count Basie en grande forme. Ce master HD en 24/88,2, tiré du SACD, impressionne par son naturel, tout commence avec un solo magistral du "Count" sur la voix gauche au swing impressionnant ; son touché au piano dans les notes aiguës est sans pareil. Déjà le corps vibre et dès l'introduction de la section rythmique, batterie, guitare, contrebasse, sur la voix de droite il nous est impossible de ne pas battre le tempo. Toutes les qualités musicales du Leema Elements DAC apparaissent dès le solo du saxophoniste Frank Foster, voix de gauche du système Haute Fidélité, le son de l'instrument paraît vrai, rien ne s'interpose entre l'auditeur que nous sommes et le musicien qui dans un studio new-yorkais, il y a maintenant 53 ans, distribuait avec grâce ces quelques notes magiques de musique. Alors le trompettiste That Jones prend la relève, le bonheur s'amplifie... Quel son ! 

DYNAMIQUE :

Hector Berlioz est le compositeur Romantique français. En 1830, six ans après la composition par Beethoven de sa 9éme symphonie, il va établir les jalons de ce que devrait devenir la Symphonie musicale. Il crée, en quelque sorte, la musique descriptive. Reconnu comme un Grand maître, et cela de son vivant, dans l'art de l'orchestration musical il déploie tout son savoir et son génie dès cette première grande composition qu'est la Symphonie Fantastique. "Dans cette oeuvre Le traitement expressif de l'orchestre est sans précédent. La musique exprime alternativement la beauté (au début), l'élégance (de la scène de bal), le pastoral (les champs), les ténèbres (l'échafaud), le démoniaque (le sabbat) ; une révolution dans l'art de l'orchestration : les anciens recherchaient une musique claire et distincte et utilisaient pour cela la sonorité native des instruments, mais Berlioz ordonnait à l'orchestre de murmurer, de chanter, de crier et même de hurler". Pour ce test nous nous contenterons de la partie Démoniaque "Marche au Supplice". L'interprétation qu'en donna en 1959 Sir Eugen Goossens n'est pas une Référence, l'orchestre Londonien et le chef sont incapables d'insuffler de la vie, de l'énergie, de la folie à leur interprétation et même la fanfare (1'39-) résonne indolemment, sans la moindre précision rythmique. Mais, parce qu'il y a un mais, l'enregistrement est somptueux de réalisme tant dans l'image réellement holographique que dans les timbres reproduits. Cette version parue en septembre 1959 bénéficiait de la stéréo et d'une captation à trois micros sur bande 35 mm, assurant une définition et un relief sonores qui fondent aujourd'hui encore l'orgueil du label Everest et justifie cette nouvelle réédition remasterisée en Haute Définition 24/192. Le Leema Elements DAC nous étonne, nous subjugue, par ce qui est sans doute son point fort, son rendu dynamique. Aucun tassement, aucune compression ne sont remarqués. Vous en voulez, vous en aurez, telle est sa définition. Sur cet enregistrement à la dynamique exacerbée, réelle en quelque sorte, comme dans une salle de concert, du pianississimo ou fortississimo, toutes les nuances dynamiques nous sont parfaitement offertes, le bruit de fond est repoussé très loin et malgré un volume sonore élevé aucune limite n'est ressentie.


RAPPORT QUALITE/PRIX :

Si vous avez lu, dans son entièreté, ce test, et nous louons votre courage, vous avez compris que nous avons apprécié ce Leema Elements DAC. C'est peut être la première fois que l'apport d'un DAC, à moins de 3.000 euros, apporte vraiment un gros plus, lors de nos écoutes, par rapport à un lecteur de CD moyen/haut de gamme (Marantz SA14s1, Rega Saturn-R, Yamaha CD-S2100. Roksan Caspian M2, Leema Elements CD...). Comme tous les produits Leema que nous connaissons, ce qui frappe dès les premières notes, les premiers accords, lors de nos longues heures de plaisirs musicaux en compagnie de DAC Elements, ce sont et, sa neutralité et, sa dynamique... Galvaudons, galvaudons ! Un voile s'est levé devant notre système Haute-Fidélité Complice
Autre grand étonnement, les écoutes de musiques dématérialisées en Haute Définition, sont de toute beauté, dynamiques, vivantes, précises et fluides.
Vous possédez déjà un lecteur de CD entrée/moyen de gamme d'une valeur dans une fourchette allant de 500 à 3500 euros, il a déjà quelques années, vous voulez l'"upgrader", y ajouter des fonctions comme une entrée USB par exemple, le Leema Elements DAC est fait pour vous. Allez le découvrir en magasin, vous serez bluffé !


Les "Pros and Cons"  : 

     + les fonctionnalités (DAC, préampli, ampli casque),
     + neutralité, dynamique, musicalité,
     + net apport lors de la lecture de musiques Haute Définition, 
     - rien à ce prix !
     
 Le Système d'écoute :

Amplificateur : Leema Tucana II
Sources : Leema Elements DAC - Yamaha CD S3000 
Enceintes : Xavian Carisma
Câbles de modulation : Studio Connections Reference Plus XLR
Câbles HP : Bleck Rhodium Isis
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE


Les Notes  :
 
Fabrication : 14/20
Image : 15/20
Timbres : 16/20
Dynamique : 17/20
Transparence : 16/20 
Qualité/Prix : 18/20
 

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

vendredi, 14 août 2015 11:27

Sounddeco Alpha M2 : le test

Évaluer cet élément
(18 Votes)
Sounddeco est une entreprise polonaise appartenant au fabricant, spécialiste du meuble en bois Witowa. Depuis plusieurs années Witowa fabrique des ébénisteries pour de nombreux concepteurs d'enceintes acoustiques. Au fil du temps et des rencontres, une question essentielle pour le développement de la l'entreprise s'imposa : pourquoi ne pas s'associer à des ingénieurs électro-acousticiens et des designers afin de créer et de commercialiser ses propres produits acoustiques ?
Ainsi fut fait, et la marque Sounddeco, en 2010, vit le jour.


FABRICATION :

Les Sounddeco Alpha M2 sont des enceintes compactes de type close (sans évent, ni à l'arrière, ni à l'avant, ni sous le dessous). Elles sont équipées de deux haut parleurs conçus par la société danoise SB Acoustics, bien connue des audiophiles. Nous trouvons en action au sein d'une très belle ébénisterie pour la reproduction des graves et medium, un haut parleur de 17 cm (15 cm effectifs) en fibres naturelles (papier) et châssis très rigide en aluminum et, pour la reproduction des aiguës, un haut parleur de 2,9 cm en fibres naturelles.


Sur l'arrière des enceintes, au bas d'un belle plaque en aluminium, est implanté un simple bornier de très bonne facture acceptant les bananes et les fourches haut de gamme ou tout simplement le
 câble nu.
Du fait de leur type close, leur placement dans la salle d'écoute ne présente pas de difficulté, les murs arrières ne les effraient guère mais si vous souhaitez en obtenir le maximum, 40 à 50 cm d'éloignement par rapport à celui-ci ne seront pas de trop.

Nous vous conseillons, comme pour toutes les enceintes compactes de qualité, d'installer les Sounddeco Alpha M2 sur des pieds lourds et rigides, pour ce test nous avons utilisé les très bons supports Rogoz Audio 1SB100. Fuyez les pieds trop légers et/ou peu stables qui auront tendance à vibrer et à absorber une part non négligeable de l'énergie produite par les enceintes.
 
Si la bande passante annoncée et subjective est étendue, le rendement déclaré par le fabricant de 86 db peut effrayer. Et pourtant, un amplificateur fonctionnant en Classe AB de 2x50 w. sous 8 ohms sera largement suffisant pour "sonoriser" une pièce de 25 à 30 m². Pour exemple un amplificateur Rega Brio-R peut les faire chanter à merveille...

Caractéristiques principales 

Puissance admissible : 80W
Haut parleurs :
     - 1 x 17 cm SB Acoustics (fibres naturelles)
     - 1 x 2,9 mm SB Acoustics
Bande passante : 49Hz - 28kHz @ +/-2.5dB
Sensibilité (rendement) : 86 dB @ 1W @ 1m 
Impédance : 8 Ohm
Dimensions (H, L, P.) : 370 x 190 x 310 mm
Poids : 9 kg pièce.


Musiques écoutées :

  1. CD - G. Mahler - Symphonie "Titan" (E. Leinsdorf - Decca 1971/2014)
  2. CD - Julie London - Black Coffee (Around Midnight - Capitol 1960/2009)
  3. CD - Blossom Dearie - Tea for Two (Once Upon a Summertime - Verve 1958/2010)
  4. LP - E. Grieg - Peer Gynt (Oivin Fjeldstad - Decca SXL2012 1958)
  5. LP - Youn Sun Nah - Enter Sandman  (Same Girl - ACT 2010)
  6. LP - G. Verdi - Otello ; Ave Maria (L. Price / Z. Mehta - Decca 1982)

IMAGE :

Qui n'a jamais entendu Julie London chanter, susurrer Black Coffee ne connaît pas l'extase musicale Complice 
Sa voix sensuelle et grave, rendue à merveille par les Sounddeco Alpha M2 vous transporte ailleurs. La blonde californienne est présente, là juste au devant de nous, debout, peut être sise sur un tabouret haut, au milieu de notre salon, entre les deux enceintes, choyée d'un écrin de cuivres. L'image construite par le système audio semble véridique et nous abandonne à nos émotions.
Pour demeurer au sein de l'univers des chanteuses depuis longtemps délaissées, écoutons certainement l'une des plus belles versions de la chanson Tea for two. Loin de la démonstration de Ella Fitzgerald accompagnée de l'orchestre de Count Basie, Blossom Dearie propose une interprétation toute en finesse et subtilité s'accompagnant de quelques accords distillés par son piano. Le quartet (piano, basse, guitare, batterie) prend possession de notre "auditorium" et le système audio disparaît afin de laisser vivre la musique, chaque musicien par de très discrètes interventions construit un univers attachant et passionnant.
Les Sounddeco Alpha M2 sur tous les enregistrements écoutés s'attachent à construire une image sonore réaliste et stable digne des plus belles réalisations du marché dans une gamme de prix inférieur à 2500 euros (les deux enceintes).
 
TIMBRES :

L'interprétation que propose E. Leinsdorf pour DECCA Phase 4 en 1972 à la tête du Royal Philharmonic Orchestra de la Première Symphonie de Gustav Mahler  n'est pas une référence et ne restera certainement pas dans l'histoire de la Musique. Mais l'enregistrement qu'en propose DECCA et sa technologie Phase 4 est stupéfiant. La Symphonie prend un relief régénéré où tous les pupitres sont quasiment traités à égalité, avec une précision et une définition accrues. Un spectre détaillé qui n’existe pas pour l’auditeur dans une salle de concert : une démonstration de clarté qui présente toutes les ressources de l’orchestre, ses facettes combinées, comme un acte de pédagogie instrumentale. Les enceintes compactes Sounddeco Alpha M2 révèlent ici une transparence rarement rencontrée dans ce type de produit, les vents et les bois sonnent avec vérité et nous prenons un grand plaisir au voyage que nous conte le grand compositeur autrichien. Autre exemple de plaisir audiophile, l'écoute de la marche funèbre du troisième mouvement et de la fanfare décrite par Mahler, les cuivres sont somptueux de réalisme, un vrai bonheur inimaginable pour un mélomane ayant si peu investi (même si des enceintes à plus de 1200 euros restent un vrai investissement).

DYNAMIQUE :

Nous vous souhaitons d'avoir la chance et le bonheur d'écouter un jour cette version de Peer Gynt enregistrée en 1958 par le chef norvégien, né en 1903, Oivin Fjeldstad à la tête de la superbe phalange The London Symphony Orchestra dans le pressage vinyle anglais DECCA SXL 2012. La dynamique y est remarquable et les Sounddeco Alpha M2 sonnent comme de grandes enceintes sans imposer aucun tassement au rendu musical. Les envolées orchestrale se déploient avec aisance, les crescendo montent en puissance sans limite, les micro-informations souvent noyées surgissent de toute part, l'orchestre flamboie de mille étincelles, un feux d'artifice en ce 17 août ! Certes nous savons que les graves pourraient être un peu plus consistant mais n'oublions pas que nous écoutons des enceintes compactes à moins de 1500 euros la paire...

La reprise déjantée du titre Enter Sandman du groupe Métallica par la chanteuse/musicienne coréenne Youn Sun Nah impressionne. Ce voix-guitare, quel musicien que Ulf Wakenius, retient toute notre attention et, pour les qualités de timbres de la guitare, des cordes nylons basses de toute beauté et, pour la dynamique de la voix retranscrite avec naturelle par notre système Haute Fidélité.

TRANSPARENCE :

Clôturons ces écoutes avec l'une des plus belles plages lyriques composée par G. Verdi pour son chef d'oeuvre Otello, la chanson du Saule, admirablement chantée par la soprano américaine Leontyne Price. Que ce soit l'orchestre, que ce soit la voix, les Sounddeco Alpha M2 ne sont jamais à la peine et de par leur neutralité, leur dynamisme et, donc de par leur transparence nous profitons pleinement des émotions musicales.
Cette transparence se confirme lorsque nous écoutons ces enceintes connectées à d'autres électroniques. A chaque changement d'amplificateur, les écoutes deviennent très différentes et les signatures sonores des différents éléments sont retranscrites avec précision. Nous avons obtenus de très beaux résultats sonore avec une écoute un peu mois précise mais chaleureuse en associant aux Sounddeco Alpha M2 l'amplificateur anglais Edwards Audio IA2

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Après 5 jours d'écoutes intensives, nous pouvons affirmer que ces enceintes compactes sont, dans leur gamme, certainement ce que nous avons entendu de plus neutre et dynamique. Vivre avec ces transducteurs acoustiques ne nous poserez aucune difficulté. Nous aurions un vrai plaisir à écouter toute sorte de musique mais, de grâce, octroyez-nous de bonnes électroniques Sourire

Les "Pros and Cons"  : 

     + en version laquée, la finition de toute beauté,
     + la qualité de fabrication, haut parleurs, connecteurs,
     + la neutralité, la transparence et la musicalité de ces enceintes
      - rien à ce prix,
     
 
Le Système d'écoute :

Amplificateur : Leema Elements Amplifier
Sources : Leema Elements CD
Enceintes : Sounddeco Alpha M2
Câble de modulation : Studio Connections Reference +
Câbles HP : Studio Connections Reference +
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE (ampli, sources)
 

Les Notes  :
 
Fabrication : 15/20
Image : 15/20
Timbres : 14/20
Dynamique : 15/20
Transparence : 15/20 
Qualité/Prix : 18/20
 

 Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

mercredi, 12 août 2015 09:25

Rega Elicit-R : le test

Évaluer cet élément
(45 Votes)

Pourquoi effectuer en ce mois d'août 2015 le test d'un produit mis sur le marché fin 2013 ?
Parce-que certains mélomanes nous réclament ce test ? Parce-que tout produit Rega mérite un test ? Parce-que l'amplificateur Elicit-R est devenu une référence dans sa gamme ?
Toutes ces raisons sont bonnes mais aucune ne justifie de passer, durant nos congés annuels plus de 8 heures sur cet amplificateur stéréo qui certes propose une écoute correcte mais qui est loin d'être exceptionnelle. La vraie raison est d'avoir une bonne excuse pour écouter de la musique, beaucoup de musique ? Complice

FABRICATION :

L'amplificateur Rega Elicit-R délivre 2x105 Watts de puissance sous 8 Ohms et possède de nombreuses entrées analogiques, dont une entrée Phono MM. Il combine des circuits de puissance similaires à ceux implantés sur l'ampli Rega Brio-R et des entrées Ligne issue de l'Elicit II. Le contrôle de volume est assuré par un circuit intégré composé de 1024 résistances. Elles seules interviennent dans le circuit audio. L'étage de sortie en classe A fait intervenir des transistors Darlington SANKEN.
Côté connectique, le Rega Elicit-R mise tout sur l'analogique et est équipé de ; une entrée phono MM, quatre entrées ligne de niveau d'entrée standard (pour lecteur CD, tuner, DAC, Blu-ray, etc.), une entrée/sortie ligne dédiée à l'enregistrement (Record Input/Output) et une sortie Record Output Link (niveau fixe) parallèle à la sortie tape qui peut être utilisée pour alimenter un ampli casque, par exemple. Enfin, l'entrée directe permet de connecter par exemple la sortie Pre-Out des canaux avant gauche et droit d'un ampli home-cinéma ou les sorties pré-amplifiées gauche et droite d'un pré-ampli stéréo, pour bénéficier de l'ampli de puissance du Rega. Quant à la sortie Pre-Out, elle permet au choix de connecter un caisson de basses ou un ampli de puissance externe.
En façade, l'ampli Rega Elicit-R présente un bouton de mise sous tension, un sélecteur de source, un potentiomètre de volume ainsi que les commutateurs des fonctions Record, Direct et Mute. Le réglage du volume fonctionne par incréments de 1dB, avec une course totale de 80dB. L'affichage du niveau de volume sonore est assuré par une vingtaine de diodes rouges placées autour du potentiomètre, chaque diode représentant 4 dB. L'ampli Rega Elicit-R est pilotable avec la télécommande Rega Solaris, compatible également avec d'autres appareils Rega. 

Caractéristiques principales 

    - Puissance de sortie : 105 Watts par canal sur 8 ΩdB
    - Sensibilité d'entrée : 
         + Entrées ligne (entrée 1 en mode ligne) 1-5 et record : 196 mV impédance 10 K
         + Phono (entrée 1 en mode phono) : 2 mV Impédance 47 K en parallèle avec 100 pF
    - Bande passante à 80 Watts sur 8 Ω :
         + Entrées ligne : 10 Hz (-0,9 dB) à 85 KHz (-3 dB)
         + Entrée phono : 18 Hz à 85 KHz (-3 dB) / Conformité courbe RIAA : supérieure à +/-0,5 dB 100 Hz à 20 KHz.
    - 1 entrée Phono MM isolée, commutable en entrée Ligne (doubles connecteurs RCA, deux appareils peuvent être connectés siimultanément)
    - 4 entrées Ligne RCA
    - 1 entrée/sortie Record 
    - 1 sortie Record Output Link (niveau fixe, pour ampli casque par exemple)
    - 1 entrée Direct
    - 1 sortie pré-amplifiée (PreAmp Output)


Musiques écoutées :

  1. CD - D. Colin et Ornette - La rua Madureira (Univers Nino / Cristal records 2014)
  2. SACD - Addinsell - Warsaw Concerto (Piano Concerto, D. Angatsehewa - Ars production 2015)
  3. SACD - Vieuxtemps - Elégie op.30 (Romance Oubliée, T. Zimmermann - myrios 2014)
  4. CD - Blues Company - Invitation to the Blues (More Blues, Ballads & Assorted Love Songs - in-akustik 2008)
  5. CD - Yello - The Expert (Touch - Yello 2009)
  6. CD - Woodkid - Iron (Iron EP - Green United Music 2011)
  7. CD - G. Mahler - Revelge  (Des Knaben Wunderhorn (Henschel-Herreweghe - Harmonia Mundi 2006)
  8. CD - Schubert - La Truite "Andantino" (Alvarez Quartet-B Furtok - Tacet 2001)




IMAGE :

Depuis un certain temps nous commençons tous nos tests par l'écoute du titre "The Expert" du groupe suisse Yello, le Rega Elicit-R s'en sort avec les honneurs. Si l'extrême grave est tronqué, l'image est similaire à ce que nous avons l'habitude d'entendre, il y en a plein l'auditorium... Un vrai bonbon sucré, ou plutôt une vraie crème à la glace que cette production Embarassé Attention tout de même aux câbles de modulation employés sinon les sifflantes peuvent, ici, devenir rapidement insupportables.
Passons à des choses peut être un peu plus sérieuses avec l'écoute du mini concerto pour piano, à la manière Rachmaninov, de Addinsell. L'image sonore construite par le Rega Elicit-R manque d'ampleur, et en largeur et en profondeur. C'est comme si la musique nous était offerte en miniature, cela reste assez beau mais nous restons spectateur et à aucun moment nous ne devenons acteur et... la lassitude et/ou l'indifférence prennent vite le dessus.

TIMBRES :

La reproduction par l'amplificateur Rega Elicit-R de la voix de la chanteuse Ornette lors de l'interprétation de la chanson de N. Ferrer "La rua Madureira" propose des nuances intéressantes avec une très légère mise en avant des notes les plus aiguës. Par contre la restitution de la clarinette basse de D. Colin sur ce même enregistrement déçoit, les notes basses sont noyées dans les nappes sonores construites par les claviers électroniques ce qui n'est absolument pas le cas lors d'autres écoutes avec d'autres amplificateurs, les notes hautes ont tendance à détimbrer c'est à dire que l'instrument, à l'écoute, ne semble pas uniforme, nous avons l'impression d'être en présence de plusieurs clarinettes ce qui n'est pas le cas.  
Grande déception que l'écoute de l'Elégie op.30 de Henri Vieuxtemps dans la superbe interprétation qu'en propose l'altiste Tabea Zimmermann. La musique y est tellement belle qu'il est impossible de s'en dégager mais le rendu sonore proposé par le Rega Elicit-R ne résiste pas devant une analyse poussée. L'alto sonne sans corps et âme, le piano est présent mais impersonnel, si nous n'avions jamais écouté ce SACD sur un autre système, ce disque aurait rejoint un carton au fond de notre grenier... Mais ce n'est pas le cas, c'est l'amplificateur qui, ici, est incapable de retranscrire toutes les informations, donc toute l'émotion contenu dans ce superbe disque.
L'Elicit-R semble manquer de subtilité, de finesse dans le rendu des instruments, c'est comme si, de lui même et dans tous les cas il imposait une certaine écoute, un certain rendu un peu comme le ferait un amplificateur à lampes. 
 

DYNAMIQUE :

Pour tester la dynamique d'un amplificateur rien ne vaut un bon Blues, c'est ce que nous offre le groupe allemand Blues Company magistralement produit par le label in-akustik avec leur composition Invitation to the Blues. Hormis la gestion improbable de la ligne de basse et de la grosse caisse, le Rega Elicit-R fait correctement ce que nous lui demandons. Il manque certainement un petit brin de folie à la retranscription musicale mais tout est en place et c'est déjà pas mal.
Les critiques seront les mêmes lors de l'audition de la belle production de l'artiste français Woodkid, Iron. Tous les éléments de cette réalisation musicale sont en place, la reproduction est sage, trop sage peut être mais la dynamique de l'ensemble est, pour un tel amplificateur, respectée.


RAPPORT QUALITE/PRIX :

Depuis plusieurs mois sont arrivés sur le marché français plusieurs amplificateurs stéréo de qualité, proposés à un tarif inférieur à 2.500 euros. Dans cette liste à la Prévert, nous allons certainement en oublier mais les principaux seront nommés : Yamaha A S2100, Marantz PM14s1, Leema Elements, Audia Flight Three S, Denon 2020AE... Le Rega Elicit-R était à la vente en France avant tous ces produits et fin 2013 il représentait un bon compromis. Aujourd'hui il faut bien le reconnaître, l'acquisition de ce produit, affiché à un prix public de 2.350 euros, ne s'impose plus. Ce produit est rentré dans le rang.
Mais si vous êtes aficionados de la marque anglaise, ce que nous comprenons, nous vous conseillons d'associer cet amplificateur Rega Elicit-R à des enceintes faciles à "driver" et "légères" dans le bas du spectre sonore. Des enceintes bibliothèques telles le Souddeco Alpha M2 ou Xavian XN125 Junior nous semble être un choix judicieux.

Les "Pros and Cons"  : 

     + le design pour un produit Rega,
     + l'entrée phono MM de qualité,
     + la puissance disponible,
     -  le rendu musicale trop typé, 
     -  le manque de vitesse et de précision dans le grave,
     - le haut du spectre qui peut être assez rapidement "sale"
     
 
 Le Système d'écoute :

Amplificateur : Rega Elicit-R
Sources : Yamaha CD S3000, Onix M35
Enceintes : Xavian Carisma, Sounddeco Alpha F2
Câbles de modulation : Studio Connections Reference Plus
Câbles HP : Black Rhodium Solo DCT++
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE


Les Notes  :
 
Fabrication : 14/20
Image : 12/20
Timbres : 10/20
Dynamique : 13/20
Transparence : 11/20 
Qualité/Prix : 12/20
 

 Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

Évaluer cet élément
(14 Votes)
Ma première semaine d’écoutes s’achève.

J’ai écouté sur un peu plus d’une trentaine d’heures divers styles, à divers volumes.

En « classique », j’ai pu apprécier qques belles choses, comme:
Ainsi parlait Zarathustra - prélude; Karajan the legendary Decca recordings: c’est vif, avec des écarts de volume sonore rapides (dynamique?). Le roulement de timbales est un régal. Les cuivres aussi. http://player.qobuz.com/#!/track/618062
Toccata de Bach (bwv 565 il me semble) par Andre Isoir: Clairement, jamais entendu de la sorte, l’ampleur est fantastique.  http://player.qobuz.com/#!/track/11938077
Diverses versions de O fortuna -  Carmina Burana (pour le moment pas de coup de coeur pour une en particulier): Idem, l’ampleur, l’impact …
Le concerto pour violon op.47 de Sibelius (quoi de plus naturel que de faire jouer du Sibelius par des enceintes Aurelia ;-) ) par Maxim Vengerov: Je découvre des détails partout, vers 5’’15 c’est léger, superbe. Le final, franc et « péchu ». L’émotion est là.  http://player.qobuz.com/#!/track/2000486
Pour le moment, pas de grosse claque sur du piano classique (rodage ou sources?).

En électronique, j’ai écouté Jean Michel Jarre, l’album « Rendez-vous » http://player.qobuz.com/#!/album/0886445107371
Le rendu est une redécouverte de ce type musique. Beaucoup de détails, et un très beau (c’est rien de le dire) travail de spatialisation. Idem pour  « l’orchestre sous la pluie »  qui défile nettement devant moi. http://player.qobuz.com/#!/track/15919595 

En Rock, de belles choses aussi,
Parisienne Walkways http://player.qobuz.com/#!/track/5223069 rend très bien et m'emmène. Les guitares en général d’ailleurs.
Les enregistrements de Pink Floyd me semblent plutôt remarquables ( dans le sens qualité de l’enregistrement) comparé aux autres écoutés.
J’aime bien le rendu des morceaux de Serge Gainsbourg, je découvre donc son oeuvre.
L’intro Guitare/ Basse/ Batterie du temps de l’amour de Françoise Hardy me plait beaucoup plus qu’avant. Je vais essayer de chercher des morceaux avec ce style d'orchestration. http://player.qobuz.com/#!/track/15058129 
Friday night in San Francisco est aéré, détaillé, captivant. http://player.qobuz.com/#!/album/0074646516829

Ma grande surprise est sur le Jazz.
J’ai commencé par l’album Time out de Dave Brubeck http://player.qobuz.com/#!/album/0884977171662
J’ai étendu vers d’autres albums de jazz, de nombre d’artistes différents, et il me semble que j’y trouve davantage d’enregistrements de très bonne qualité.  Les détails, les timbres, la scène sonore…
Même si ce n’est pas mon genre de prédilection, c’est un réel plaisir d’y entendre de vrais instruments de façon très réaliste.
A moment d’écrire ces lignes, j’écoute Dave Brubeck, Time Out, mais un autre: http://player.qobuz.com/#!/album/8718375727324
J’ai l’impression d’être davantage proche de la scène sonore que sur le premier. Pas de voile ni sur l’un ni sur l’autre, mais des distances différentes. Je ne sais pas ce que j’aime le mieux.

L’écoute de mon premier système Hifi me fait prendre conscience de la grande hétérogénéité des qualités d’enregistrements. Comme j’avais pu m’en apercevoir a l’écoute des vinyles chez vous, l'époque de l’enregistrement n’est pas un critère pertinent pour guider un choix d'écoute à priori.
J’ai pu trouver de nombreuses pages internet  qui listent les enregistrements d’exceptions et m’ont guidé et me guident dans mes écoutes Jazz. 
En revanche, pour les autres genres, je n’ai pas trouvé grand chose. Qobuz liste bien des enregistrements d’exception, mais essentiellement sur le classique.
Il ne parait d’ailleurs pas toujours évident que les plus beaux enregistrements (techniques) soient forcements les meilleurs sur le plan artistique…
Le label Decca semble se distinguer en terme de qualité technique sur mes premières écoutes. A confirmer.


 Le Système d'écoute :

Amplificateur : Denon PMA-50
Sources : Ordinateur MAC USB 
Enceintes : Aurelia Magenta
Câbles HP : Black Rhodium Twist

dimanche, 19 juillet 2015 09:01

Leema Elements Amplificateur : le test

Évaluer cet élément
(28 Votes)

La société Leema fut créée en 1998 par deux ingénieurs de la BBC Lee Taylor et Mallory Nicholls qui avaient pour objectif la conception d'une enceinte "miniature" capable de rivaliser avec des systèmes audio beaucoup plus imposants et coûteux. Il leur fallut quatre années de laborieuses recherches pour finaliser l'enceinte Xen qui rencontra un fabuleux succès. Dans la foulée, Lee et Mallory développèrent leur premier amplificateur le Tucana qui reçu en 2007 la distinction en Grande Bretagne d'"amplificateur de l'année". L'aventure Leema était sur de bons rails... Aujourd'hui ces superbes produits "gallois" sont distribués en France par la société Exclusive-Audio et sont à découvrir entre autre chez Opus 51.

FABRICATION :

En 2015 Leema propose trois gammes d'électroniques ; Constellation, Spectrum et Elements, quatres modèles d'enceintes acoustiques et trois gammes de câbles audio.
Pour la première fois nous plongeons dans cet univers celtique et commençons notre quête par la découverte de la gamme Elements. Ici, nous découvrons un Amplificateur Stéréo Intégré, un DAC, un pré-amplicateur (analogique), un bloc de puissance stéréo, un étage de préamplification Phono et naturellement un lecteur CD. Tous les produits de la famille Elements se présente dans un un format inhabituel de 21,7 cm de large contre 43 cm pour le format standard, leur châssis est rigide, de qualité et la face avant de tous ces "éléments" est réalisée en aluminium de forte épaisseur, les finitions noire ou argent-blanc du plus bel effet sont disponibles. Une fois en main les produits Leema Elements inspirent confiance.

L'amplificateur Stéréo Intégré de la gamme Elements, sujet de ce test, annonce fièrement une puissance de 56 watts par canal sous 8 ohms. Nous constaterons que cette puissance, liée à une bonne capacité en courant semble réelle. C'est déjà un bon point pour ce produit.
Cet "Elements" est équipé de toutes les entrées analogiques nécessaires, et possède des sorties pour deux enceintes acceptant exclusivement les terminaisons bananes... à la mode anglaise. De série, Leema a eu l'intelligence de lui adjoindre un DAC 24/192 Haut de Gamme et asynchrone pour son entrée USB. Encore un bon point pour cet amplificateur !  
Une sortie casque et une entrée analogique sous jack 3.5 mm équipent la façade de cet amplificateur à la gauche d'un bel afficheur "led" indiquant et la source, et le volume, et la fréquence de fonctionnement du DAC.
Le tour du propriétaire est complet, commençons les écoutes... Celles-çi s'effectuèrent dans un pièce de 23 m² assez claire avec un temps de réverbération d'environ 0.8 seconde.



Caractéristiques principales 

- Puissance sous 8 Ω - 2 x 56 W RMS - sous 4 Ω - 2 x 105 W RMS - sous 2 Ω - 2 x 155 W RMS
- Entrées analogiques :
     - 3 x asymétriques RCA
     - 1 x symétrique XLR
     - 1 x 3.5 mm mini jack on front panel
- Entrées numériques :
     - 3 x SPDIF optique 24 bit / 192 kHz
     - 1 x SPDIF co-axiale RCA 24 bit / 192 kHz
     - 1 x USB Asynchrone 24 bit / 192 kHz
- Dimensions (L x H x P) - 217 mm x 90 mm x 375 mm


Musiques écoutées :

  1. CD - D. Colin et Ornette - La rua Madureira (Univers Nino / Cristal records 2014)
  2. CD - E. Rava - Smile (On the Dance Floor - ECM 2012)
  3. CD - Yello - The Expert (Touch - Yello 2009)
  4. CD - Tarja - Victim of Ritual (Colours in the Dark - earmusic 2013)
  5. CD - G. Mahler - Revelge  (Des Knaben Wunderhorn (Henschel-Herreweghe - Harmonia Mundi 2006)
  6. CD - Schubert - La Truite "Andantino" (Alvarez Quartet-B Furtok - Tacet 2001)


IMAGE :

La scène sonore retranscrite par un amplificateur est souvent, pour ne pas dire toujours, tributaire de la bande passante réelle qu'est capable de fournir cette électronique. Sur la papier, tous les amplificateurs du marché, de 300 à 15.000 euros ont une bande passante théorique de 5 à 50.000 Hz au minimum mais ceçi n'est vrai que si le signal retranscrit ne possède qu'une fréquence, en musique cela n'existe pas. Merci de ne jamais oublier que l'amplificateur "alimente" une résistance fluctuante ; l'enceinte acoustique, exercice compliqué et périlleux.

Si, avec assiduité, vous avez lu nos précédents tests, vous savez que la plage The Expert du groupe Yello peut être très démonstrative. En compagnie du Leema, quelque soit les enceintes testées, l'écoute est bluffante, le système audio disparaît totalement et notre salon est submergé par des sons, des voix et une basse profonde rarement reproduite par un amplificateur appartenant à cette gamme tarifaire. Nous avons l'impression d'être un présence d'un système Haute Fidélité bien plus onéreux.  

Après l'écoute récréative de cette plage du groupe suisse Yello, abordons des "choses" un peu plus sérieuses et analysons le savoir-faire de ce Leema Elements dans la construction d'une scène sonore avec l'audition du lied Revelge de Gustav Mahler.  Le baryton allemand Dietrich Henschel se positionne d'emblée devant l'orchestre au milieu de notre salon, il devient presque palpable, sa voix étonne et sa narration passionne. Subtilement en retrait, l'orchestre symphonique s'étend de gauche à droite et d'avant en arrière sans limite physique audible. Fermons les yeux et retrouvons nous dans la salle où les musiciens furent captés... Enfin ne nous emballons pas, nous ressentons presque ce que nous venons de décrire...

TIMBRES :

Enrico Rava
est l'un de nos trompettiste préférés, sa trompette possède la chaleur, la beauté de son pays, l'Italie. En lui résonne Verdi et Puccini. En 2011, en compagnie de quelques musiciens amis, le Parco della Musica Jazz Lab, il rendait hommage, au travers d'un superbe concert capté par l'écurie allemande ECM, à Michaël Jackson. L'écoute du titre Smile, nous savons ce n'est pas une composition de M. Jackson mais ce fut l'un de ses thèmes favoris, révèle une trompette toute en splendeur, sensible, puissante, juste, procurant une émotion difficile à décrire mais forte. Rien ne s'installe entre nous et les musiciens, le système audio, d'une rare transparence, d'une vraie fidélité, laisse l'émotion nous gagner. Sans effort la Musique est là, elles n'est pas une abstraction intellectuelle.. 

En 2001, le Alvarez Quartet accompagné du contrebassiste B. Furtok et de la pianiste argentine C. Piazzini nous offrait une superbe interprétation du Quintette "La Truite" de Schubert. L'amplificateur Leema Elements démontre une belle transparence, le suivi des 6 instruments ne pose aucune difficulté, la ligne de la contrebasse reste bien définie et distincte, ce qui, sur ce type de produit dans cette gamme de prix, est très rare. L'entrée du piano est de toute beauté et n'écrase pas la légèreté du quatuor à cordes. Les cordes sonnent avec une belle vérité, nous sommes en présence d'un amplificateur précis, neutre et jamais dure et agressif.

D'où provient l'émotion lorsque nous écoutons de la musique ? La vraie émotion, celle qui vous hérisse les poils sans que vous y preniez garde. Plus le temps passe, plus nous sommes persuadé que seul un système extrêmement neutre et transparent est apte à être son vecteur. Le Leema Elements appartient à cette famille. Lorsque nous écoutons la superbe interprétation commis par la chanteuse Ornette et le clarinettiste basse D. Colin du petit chef d'oeuvre de Nino Ferrer "La rua Madureira" l'émotion est palpable, les moindres nuances de vibrato, les moindres hésitations, le somptueux timbre de la clarinette, tout tend vers le plaisir auditif. Nous n'écoutons plus du matériel Haute Fidélité, nous vivons une histoire triste et nostalgique.
 

DYNAMIQUE :

Restons en compagnie de Schubert et constatons que le label allemand Tacet nous propose avec cet enregistrement aucunement trafiqué une écoute à la dynamique digne, enfin presque, d'un concert. Entre le fortissimo des 6 instruments à l'unisson et le pianissimo du violon solo les écarts de dynamique sont gigantesque. l'amplificateur ne tasse jamais le fortissimo et le pianissimo n'ai jamais noyé dans un bruit électronique.

Tarja
est une chanteuse soprano finlandaise de Métal-Symphonique à la mode lyrique. Elle débuta sa carrière en "frontwoman" du groupe à succès Nightwish qu'elle quitta, pour une carrière solo, en 2005 (en réalité elle fut démissionnée du groupe). Son dernier album studio dont est extrait le titre Victim Of Ritual date de 2013. Cette composition ultra produite est introduite par le boléro de Ravel arrangé à la mode orientale et dérive assez rapidement vers un rock Métal FM d'assez bonne qualité. Le Leema Elements ne se démonte jamais, pendant toute cette avalanche de sons parfois sauvages et tel un fantassin de l'armée napoléonienne il reste droit dans ses bottes.

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Vous aurez compris à la lecture des différentes analyses précédentes que nous sommes tombés sous le charme de ce petit amplificateur. Pour être honnête, il nous a fallu un certain temps pour l'adopter. pour l'apprivoiser. Sa transparence, sa neutralité nous ont obligé à porter une très grande attention à tous les éléments qui lui étaient joints. L'idéal est de l'accompagner de câbles et d'enceintes d'une grande neutralité et d'une belle définition afin de ne jamais perdre aucune information, et de laisser la musique vivre.
Sa partie DAC est très correcte et permet de se passer de tout élément externe, branchez lui un serveur audio à (InnuOs par exemple) à son entrée USB et laissez vous transporter. Mieux encore, adjoignez lui le petit DAC Elements de chez Leema et là... Plaisirs garantis.
Le rapport Qualité/Prix/Musique de cet amplificateur Leema est excellent. Une belle découverte.


Les "Pros and Cons"  : 


     + les fonctionnalités très complètes pour un amplificateur stéréo Hi Fi ,
     + le format demie taille standard, facile à loger ,
     + le DAC complet avec 3 entrés numériques et une USB asynchrone,
     + sa grande neutralité
     -  sa grande neutralité qui rebutera les audiophiles habitués aux électroniques "timbrées"
     -  sinon rien pour ce tarif,   
     
 Le Système d'écoute :

Amplificateur : Leema Elements Integrated Amplifier
Sources : Leema Elements DAC - DAC interne - Soulines Elgar DCX
Enceintes : Xavian PiccolaSounddeco Alpha F1 - Sounddeco Alpha F2
Câbles de modulation : Studio Connections Reference Plus XLR
Câbles HP : Black Rhodium Iris (Sounddeco) - Absolue Créations Op-Tim (Xavian) - Studio Connections Reference + (Sounddeco F2)
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE

 

Les Notes  :
 
Fabrication : 14/20
Image : 15/20
Timbres : 15/20
Dynamique : 15/20
Transparence : 16/20 
Qualité/Prix : 18/20
 

 

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51
mercredi, 01 juillet 2015 07:57

Soulines Elgar DCX : lu dans la presse

Évaluer cet élément
(10 Votes)
La superbe platine vinyle Soulines Elgar DCX vient d'obtenir les honneurs de la presse Hi-Fi française. Le magazine Haute-Fidélité dans son numéro du mois de juillet 2015 (à lire ici) présente l'article de Dominique Mafrand qui se conclu par  :



Soulines Elgar DCX



"Ce banc d’essai nous a permis de faire connaissance avec la
marque Soulines. Il aurait été vraiment dommage de passer à
côté de cette platine Elgar DCX très bien conçue qui insuffle
une véritable dose d’énergie à la restitution du vinyle.
Sérieusement construite à partir de matériaux nobles
savamment associés, elle dégage une élégance futuriste
dénuée d’extravagance. De cette rigueur du design découle une
écoute réaliste. Une découverte"


lundi, 22 juin 2015 09:22

Cabasse Stream AMP 100 : le test

Évaluer cet élément
(20 Votes)
L'amplificateur Cabasse Stream AMP 100 propose les technologies sans-fil Wi-Fi Direct et Bluetooth avec puce NFC,  nous avons aussi la possibilité de le câbler en Ethernet afin de profiter d'un réseau domestique (NAS, ordinateur partagé, Box avec disque dur...). Il permet de profiter des radios web, merci Allegro Musics pour les nombreuses heures d'écoute, ou encore de Deezer et Spotify. Ce très complet amplificateur connecté dispose également d'un serveur DLNA 1.5 autorisant la mise en réseau automatique de tous les fichiers audio contenus sur une clé USB ou un disque dur externe.
Il est équipé de 4 sorties haut-parleurs permettant le réglage de l'impédance, 4 ou 8 ohms en sortie, et le paramétrage en utilisation stéréo avec une ou deux paires d'enceintes, ou bien en mono avec deux ou quatre groupes d'enceintes.
L'application android ou Apple iOs Cabasse StreamCONTROL permet de contrôler complètement ce bel outil Hi-Fi et, est facile à utiliser ne réclamant pas de nombreuses heures d'apprentissage. Elle propose, à ce jour, 6 profils d'adaptation (suivant les enceintes Cabasse que vous possédez) ou un profil "flat" celui utilisé pour ce test. Ici Cabasse à réinventé le système SAM de Devialet Complice

FABRICATION :

Le Cabasse Stream AMP 100 bénéficie d’un design ultra-compact, il se présente comme un cube de 21 cm par 19 cm sur une hauteur de 9 cm, et arbore une façade translucide laissant apparaître les indications de l’afficheur. Habillé d’une robe noire laquée élégamment soulignée par un liseré d’aluminium, le Cabasse Stream AMP 100 se veut à la fois élégant et discret. Les objectifs des designers ont été atteints, l'amplificateur Cabasse est un bel objet qui prendra place auprès d'une TV Flat avec harmonie.
Au dos de l'appareil nous comptons deux entrées analogiques sur fiches RCA, une entrée numérique optique, une entrée RJ45 (réseau), une sortie préampli, une sortie subwoofer et en façade une entrée USB, que demander de plus ? Ce petit amplificateur est très complet et répondra à tous vos besoins.  
Seul défaut constaté à propos de toutes ces connectiques, les connecteurs pour enceintes n'acceptent que les toutes petits bananes ou alors du câble nu au diamètre pas trop important (2.5 mm au maximum).



Caractéristiques principales 

- Amplification : 2 x 50 W RMS/4-8 Ω ou 4 x 25 W RMS/4-8 Ω
- Formats audio (WiFi/RJ45) : WMA (WMA9, CBR, CBR, jusqu’ à 320kbps) PCM (16 bits-44.1kHz, 24 bits-44/48/96 kHz, fichiers .wav, .aiff, .aifc , HTTP streams) AAC-LC (up to 320 kpbs), ALAC (.m4a)FLAC (16 bits-44.1 kHz, 24 bits – 44/48/96 kHz)
- Réseau 10/100Mb Ethernet
- Wireless LAN 802.11b/g/n
- NFC
- WPS 2.0 security Digital media renderer (conforme à la norme DLNA 1.5)
- 2 x entrées RCA, 1 x micro, 1 x sortie Pre-out, 1 x sortie sub, 1 x USB
- Dimensions (h x l x p) : 91 x 218 x 190 mm
- Poids : 1,9 kg


Qu'attendons nous d'un tel produit ?
 
Une reproduction sonore propre sans défaut majeur permettant de prendre du plaisir à l'écoute de toute sorte d'enregistrements quelque soit la source sonore. 
Nous ne lui demandons pas d'égaler ou même d'approcher une qualité de restitution digne d'un bon amplificateur Haute Fidélité à 5.000 euros, restons logique !
Si ce produit arrive à se faire oublier alors Cabasse aura réussi et nous mélomanes seront satisfaits !

Musiques écoutées :

  1. CD - D. Colin et Ornette - La rua Madureira (Univers Nino / Cristal records 2014)
  2. CD - G. Mahler - Revelge  (Des Knaben Wunderhorn (Henschel-Herreweghe - Harmonia Mundi 2006)
  3. HD - Metallica - My Friend Of Misery (Metallica - Vertigo 1991)
  4. CD - Yello - The Expert (Touch - Yello 2009)
  5. HD - Daft Punk - Give Life Back to Music (Random Access Memories - Columbia 2013)
  6. CD - Rimsky-Korsakov - Scheherazade (Antal Dorati 1958 - Mercury Living Presence 2015)


IMAGE :

L'audition du titre "The Expert" nous plonge dans l'univers "geek" du groupe Suisse Yello. Les enceintes disparaissent de notre petit salon, environ 22 m², les informations sonores, la musique (?) possèdent l'espace. Tout comme lors de l'écoute d'un système Hi-Fi haut de gamme nous prenons un vrai plaisir à profiter du savoir-faire des ingénieurs et du producteur qui ont participé à l'élaboration de cet album.

L'écoute du lied de G. Mahler, "Revelge" vient confirmer ce que nous supputions, l'image sonore se construit, ici, plus en largeur qu'en profondeur. La musique s'étend devant l'auditeur de gauche à droite mais sur un seul plan sonore, le baryton ne ressort pas de l'orchestre, comme nous en avions l'habitude lors de nos précédentes écoutes, il est un peu moins présent, un peu moins réel. Mais rien de bien gênant pour profiter pleinement de cette superbe oeuvre.

TIMBRES :

Il est bien difficile de juger les "timbres" à l'écoute d'un tel produit, comment ne pas paraître trop négatif ? Quel référentiel prendre ? Un système très Haut de Gamme, transparent, précis, dynamique et juste, ou se contenter de le comparer à une vérité plausible ? N'oublions pas que ce produit Tout-en-Un ne coûte que 550 euros... 

L'écoute de la magnifique interprétation de l'émouvante chanson de Nino Ferrer "La rua Madureira" par Ornette et Denis Colin arrive presque à fournir l'émotion habituelle. Si la voix de la chanteuse française Ornette reste assez fidèle à ce que nous connaissons, la clarinette basse de Denis Colin manque de coffre, de profondeur et d'ampleur. Mais, au bout de quelques secondes, nous replongeons dans l"Univers de Nino"...

Aucun doute possible, Antal Dorati dirige bien un grand orchestre symphonique dans l'oeuvre de Rimsky-Korsakov, "Shéhérazade". Les instruments sonnent plutôt vrais et pas "synthétiseur Bontempi" comme il nous arrive de temps à autre d'entendre même sur des appareils beaucoup, mais alors beaucoup plus onéreux. Seuls petits bémols, tous les timbres des instruments semblent délicatement simplifiés, les trompettes perdent un peu de leurs éclats mats, le violon n'est plus que cordes frottées, la harpe manquent d'ampleur et les contrebasses de l'orchestre oublient leur assise, fondement de tout orchestre.

DYNAMIQUE :

La puissance de cet amplificateur, pour être correcte, n'est pas fantastique mais est suffisante pour une utilisation domestique. Avec nos enceintes (Xavian Delizia) au rendement de 92 dB, dans une pièce d'un volume de 80 m3, à une distance de 3 mètres, nous avons obtenu un volume sonore maximum de 86 dB avant distorsions audibles et gênantes. Ce type d'amplificateur, à base de modules dits "numériques" sonnent généralement un peu "mous du genou" (NAD 3020 par exemple), le Cabasse est tout le contraire, il vit !

Le riff de basse de départ qui servit à la composition du titre "My Friend Of Misery" ne fait aucunement peur à notre amplificateur Cabasse qui s'amuse à reproduire le gros son Heavy du groupe Metallica tout en respectant sa rythmique "carrée" et sa puissance sonore.

De même la dynamique, le rythme, le coté "dance" sont biens mis en valeur lors de l'écoute du titre "Give Life Back to Music" du groupe français Daft Punk. Ici tous les petits défauts de l'amplificateur disparaissent pour que l'auditeur puisse profiter de cette superbe production électronique.

La dynamique semble être, en finalité le point fort de cette petites électroniques, toutes les écoutes effectuées furent très vivantes.

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Comment reprocher quelque chose à un tel appareil ? Pour 550 euros le mélomane, au sein d'un bel écrin assez luxueux mais pas "tape à l'oeil", possédera un amplificateur/réseau compatible avec tous les formats audio existants (jusqu'à 96 kHz), capable de s'adapter à son local, à ses enceintes si elles sont de marque Cabasse, et surtout délivrant une musicalité certaine sans défaut majeur.

Certains m'ont reproché de comparer l'amplificateur Cabasse au Devialet Expert 200, mais ces produits ne possèdent'ils pas la même philosophie ? Après avoir vécu avec ces deux amplificateurs durant quelques semaines, le savoir-faire Cabasse est évident alors que le savoir-faire Devialet n'est encore qu'un potentiel. Certes le Devialet, musicalement, va un peu plus loin dans tous les domaines et heureusement il ne coûte que 12,7 fois le prix du Cabasse. Personnellement, si je n'ai comme choix, pour partir en vacance qu'entre ces deux amplificateurs, je choisis le... Cabasse, plus facile à vivre et à utiliser !


Les "Pros and Cons"  : 


     + l'objet, sa qualité de fabrication,
     + les fonctionnalités et l'application aisée à utiliser,
     + sa joie musicales communicative,
     - les connecteurs enceintes,
     - sinon pour le prix rien,   
     
 

Le Système d'écoute :

Amplificateur : Cabasse Stream Amp 100,
Câbles HP : Black Rhodium Iris
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE
 

Les Notes  :
 
Fabrication : 15/20
Image : 10/20
Timbres : 09/20
Dynamique : 13/20
Transparence : 10/20 
Qualité/Prix : 16/20
 

 

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51
mardi, 02 juin 2015 13:39

Devialet Expert 200 : le test

Évaluer cet élément
(59 Votes)
Est-il encore nécessaire de présenter Devialet, la société française au 88 brevets et 44 prix internationaux ? Les 40 ingénieurs qui travaillent en plein de coeur de Paris au sein d'un bâtiment conçu par Gustav Eiffel, ont inventé une technologie révolutionnaire, dixit le service marketing de la société, qui a transformé l'amplification du son : l'hybridation (?) des technologies digitale et analogique, pour une qualité de son inimaginable.
C'est ce que nous allons essayer de découvrir lors de ces écoutes...

Depuis plusieurs semaines, nous avons en notre possession, un amplificateur Devialet Expert 200, gentiment prété par le services commercial de la firme française.  Le Devialet Expert 200 se présente comme "le système audiophile absolu, pour les mélomanes les plus intransigeants. Bien au-delà d’un simple amplificateur, Devialet réinvente et réunit pour la première fois tous les éléments clés d’une écoute experte (pré-amplificateur, amplificateur, DAC, streamer, étage phono) en une plaque unique. Une architecture électronique parfaite pour des performances exceptionnelles. " Tout est dit, ou presque.



FABRICATION :

L'appareil est un bloc d'aluminium taillé dans la masse (voir la photo ci dessus). Contrairement à ce que nous pouvions penser, son entretien est très simple, un micro fibres et un peu de produit à laver les vitres, le tour est joué.
Sa connectique propose une entrée optique, deux coaxiales (paramétrables en Ligne analogique), une entrée AES‑EBU, une entrée Phono avancée paramétrable MM ou MC réglable en gain, en fréquence d'échantillonnage (96 KHz ou 192 KHz) et au niveau de la charge et de la sensibilité. On note aussi une entrée optique/RS‑232 mini‑Jack 3,5 mm, un port USB (type B) asynchrone, un port Ethernet, une sortie caisson de basses, une sortie coaxiale pour numériser des vinyles plus quatre borniers d'enceintes (compatibles fiches banane, fourches ou câble nu).
Sur les amplificateurs Devialet, le suffixe correspond à la puissance délivrée. Ici, l'amplification annonce 2 x 200 watts sous 6 ohms. Le Devialet 200 peut être configuré, accompagné d'un second Devialet 200, en Dual Mono. Soit deux blocs de puissance reliés via prise coaxiale délivrant chacun 400 W par canal. Cette configuration, dénommée Devialet 400 permet d'alimenter des enceintes, qui sur le papier, sont très difficiles.

Premier petit bémol, comme tous les fabricants d'électroniques les 200 watts annoncés sont à prendre avec des pincettes, au quotidien lors de la reproduction de messages sonores complexes, le ressenti, mais ce n'est qu'un ressenti, est tout autre. Certains amplificateurs annonçant 25 wats en Classe A dispensent la même énergie si ce n'est une "impression de puissance" supérieure. Mais cela n'est qu'un détail...

Mélomanes fuyez les chiffres...

Le Devialet expert 200, en notre possession, vient d'être mis à jour. Il possède le dernier firware (logiciel interne programmant entre autre les DSP, donc le rendu sonore du produit), la version 8.0.0

Caractéristiques principales : voir le site du fabricant sur cette page : Devialet

- prix : 6900 euros
- poids : 5.9 kg
- télécommande : oui... de toute beauté et programmable via le site Devialet

IMAGE :

Ce critère est certainement le point fort de l'amplificateur Devialet Expert 200. Cette scène sonore est un peu plus droite-gauche que devant-derrière mais reste "stable et cohérente". 

A l'audition de la magnifique "Quenn's Suite" de Duke Ellington nous constatons que l'orchestre s'étend de gauche à droite, avec facilité et naturel. Avec aisance et plaisir nous suivons chaque ligne orchestrale et assistons au réveil, quel merveille que ce piano du Duke, de cet oiseau moqueur. Seul petit bémol de cette belle écoute, le manque de profondeur de l'orchestre, nous avons l'impression que tous les cuivres sont sur la même ligne... Un problème d'enregistrement ou une petite "moquerie" de l'amplificateur ?

Pour en avoir le coeur net, écoutons le superbe lied, l'un de mes préférés, de G. Mahler, Revelge. Ce chant militaire tout en puissance et dynamique nous révélera peut être ce que nous recherchons ! Sur ce bel enregistrement le Devialet construit une image stable et cohérente dans les trois dimensions. Dietrich Henschel se positionne au centre de l'auditorium avec l'orchestre dans le fond, mais pas trop loin, s'étageant correctement de gauche à droite. Rien à déclarer ! l'amplificateur produit ici un bon boulot.

A l'écoute du titre The Expert du groupe Suisse Yello, l'image sonore sur le plan droite-gauche égale celle reproduite par notre amplificateur intégré Référence (Fonel Emotion). Cette reproduction tridimensionnelle manque, ici aussi, d'un peu de profondeur, ce fait est certainement dû à une légère carence dans la reproduction de la dynamique de la ligne de basse. 
 
TIMBRES :

Nous écoutons l'amplificateur Devialet Expert 200 avec sérieux et concentration depuis de nombreux jours. A la lecture des critiques et tests dithyrambiques lus par monts et vallées, dans la presse spécialisée, dans des blogs tenus par des, auto proclamés, professionnels de l'audio, dans des forum (fora ?) tous nos ressentis, toutes nos analyses ont été remis en question de multiples fois. Nous avons essayé d'être le plus objectif possible sans aucun a priori, sans aucune pression, il est peu probable que nous puissions proposer ce produit à nos clients. Devialet est une entreprise française, dans le monde de la Haute Fidélité, elles sont rares, très rares et c'est avec fierté, légèrement franchouillarde, que nous percevons ses réalisations.

La beauté des couleurs d'un orchestre philharmonique, la subtilité des cuivres d'un Big Band de Jazz, la suavité des voix féminines ne sont par nécessairement toujours bien mis en valeur par l'amplificateur
Devialet Expert 200. Sa palette harmonique paraît limitée.

A l'écoute du Shéhérazade de Rimsky-Korsakov où l'orchestre brille de mille feux, les couleurs manquent d'éclat. Principalement les instruments à cordes dont les corps disparaissent au profit d'une subtile mise en relief des frottement des cordes et des Cuivres qui malgré leurs beaux éclats semblent tous sonner de manière identique.
La voix de F. Cabrel à l'audition de sa chanson Le pays d'à côté, manque de respiration, elle semble emprisonnée dans une chambre sourde ailleurs, loin des musiciens. L'intégration, la fusion ne se produisent pas. Ici aussi le haut médium est certainement en cause, la simplification du message sonore ou plus probablement le manque de richesse des harmoniques reproduites fait que la musique, les sons paraissent simplifiés, moins réalistes.

 
DYNAMIQUE :

Lors du titre Drum Solo de Manu Katché enregistré en live, le Devialet Expert 200 développe une belle énergie, les impacts sont rapides et précis. En comparaison avec notre amplificateur intégré de référence (Fonel Emotion) seul manque au Devialet un brin d'énergie, de puissance dans l'impact, mais rien de grave. La batterie prend possession de la zone d'écoute et à fort niveau (environ -10.00 sur l'amplificateur), nous nous surprenons à sursauter lors de certaines frappes.

Il est incontestable que Bernard Haitink est l’un des plus grands mahlériens de notre époque, l’orchestre de Chicago est l’une des plus éminentes phalanges au monde, la version de la deuxième symphonie qui nous est délivrée dans cette enregistrement public est, comment le décrire, expérimentale, intellectuelle et captivante. La prise de son Haute Définition délivre, d'origine une très belle dynamique qui par moment met à mal le "pauvre" amplificateur Devialet mais, avec honnéteté je dois le reconnaître il n'est pas le seul dans ce cas. Ici pour obtenir un niveau sonore acceptable, le niveau sur la façade du Devialet Expert 200 indique 0.00 soit des pics sonores à 90 dB à 2m50 des enceintes, nous devons "monter le son" et dans les "horribles" forte(s) du grand orchestre mahlérien, l'amplificateur a tendance à s'étouffer, les sons nous sont projetés aux oreilles de manière assez peu agréable. Ces problèmes disparaissent à une écoute sonore plus normale mais moins captivante (pics à 75 dB)... Enfin ! nous avons à faire avec un orchestre de plus 80 musiciens Sourire

TRANSPARENCE :

Pour rester avec G. Mahler et sa deuxième symphonie, une écoute attentive de l'andante moderato met en valeur toutes les qualités analytiques de l'amplificateur Devialet Expert 200. Nous apprécions le fourmillement et la précision avec lesquelles sont rendues toutes les subtilités orchestrales voulues par le compositeur. L'écoute est, alors, passionnante.

Hormis le zozotement insupportable, ici, de Oxmo Puccino, l'audition de la chanson Jamais quand il faut de I. Maalouf propose des choeurs détaillés à souhait, un ensemble orchestral précis et bien en place avec une orchestration fouillée.  L'amplificateur Devialet Expert 200 ne masque aucune information et fournit une écoute analytique.

Le pouvoir analytique à niveau sonore raisonnable (75 dB à 2,50 mètres des deux enceintes sur des enceintes d'un rendement de 91,5 dB) est un des points forts de cet amplificateur, la bande passante "ressentie" semble très étendue si les enceintes restent faciles à "driver" comme c'est le cas ici (pour rappel, les Fonel Eureka possèdent leur propres amplificateurs pour le grave soit de 0 à 250 Hz ce qui représente environ 80% de l'énergie musicale.

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Là où le bât blesse c'est à l'affichage du prix. Pour 6.900 euros ce produit est positionné à un tarif un peu trop élevé. Si seulement Devialet vendait cet Expert 200 au prix 4.900 euros, nous serions en possession d'un rapport Qualité/Prix de 16. Au vu des fonctionnalités, de la qualité de fabrication, de certaines qualités sonores, le Devialet eût été un bon investissement... L'entreprise française est-elle un brin trop gourmande ?

Naturellement nous avons testé l'entrée phono de l'Expert 200, elle est complètement paramétrable avec une facilité incroyable, terminé les "jumpers" à monter ou à baisser. A l'écoute nous apercevons le charme du vinyle sans être toutefois subjugué, la fluidité, la micro-dynamique d'un très bon étage de prèamplification phono n'est pas tout à fait au rendez-vous.

Les "Pros and Cons"  : 

     + qualité de fabrication ,
     + fonctionnalités,
     + facilité de configuration et de mise à jour via le site internet Devialet,
     - le manque d'énergie et de poids dans les notes,
     - n'est pas compatible upnp et dlna... vivement une prochaine mise à jour,
     - le tarif !
     
Musiques écoutées :

  1. HD - G. Mahler - Synphonie n°2 (Haitink / Chicago Symph. Orch. - CSO 2008)
  2. CD - D. Ellington- Sunset and the Mocking Bird (The Quenn's Suite - Pablo 1959/2013)
  3. CD - I. Maalouf - Jamais quand il faut (Au pays d'Alice... - Mi'ster 2014)
  4. CD - G. Mahler - Revelge  (Des Knaben Wunderhorn (Henschel-Herreweghe - Harmonia Mundi 2006)
  5. CD - F. Cabrel - Le pays d'à côté (In extremis - Sony Music 2015)
  6. CD - Rimsky-Korsakov - Scheherazade (Antal Dorati 1958 - Mercury Living Presence 2015)
  7. CD - Yello - The Expert (Touch - Yello 2009)
  8. HD - Manu Katché - Drum Solo (Live in Concert - ACT 1984)
 
Le Système d'écoute :

Amplificateur : Devialet Expert 200,
Sources Devialet Expert 200 Fonel CD Simplicité - Soulines Dostoyevsky DCX - Ortofon Quintet Blue MC
Enceintes : Fonel Eureka
Câble USB : Black Rhodium Star USB
Câbles digital : Studio Connections Référence
Câbles HP : Studio Connections Platinum
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE (ampli, sources et enceintes)
 

Les Notes  :
 
Fabrication : 18/20
Image : 13/20
Timbres : 10/20
Dynamique : 12/20
Transparence : 13/20 
Qualité/Prix : 10/20
 

 

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

lundi, 01 juin 2015 10:16

Yamaha CD-S2100 : le test

Évaluer cet élément
(52 Votes)
Reprenons ce que nous écrivions en novembre 2014 lorsque nous recevions cette toute nouvelle création du Géant japonais Yamaha : "Le lecteur/DAC CD et SACD Yamaha CD-S2100 est doté d'un véritable port USB asynchrone et d'un Dac Sabre ES 32 bits, il dispose de trois entrées numériques dont deux S/PDIF (optique et coaxiale) et une USB asynchrone qui permet d'entrer directement des flux audio haute définition. L'interface USB utilise son propre circuit intégré, un circuit développé spécialement pour Yamaha. Il supporte le protocole Asio 2.3.
Cette platine, de construction Haut de Gamme, offre deux sorties analogiques, la première au format asymétrique par RCA et la seconde en symétrique par deux XLR. On note également deux sorties numériques : une coaxiale et une optique. Pour finir, ajoutons qu'un travail spécifique a été effectué sur le châssis qui comme son aîné dispose de joues soit en bois laqué noir ou naturel.

Dès l'ouverture du carton d'emballage, le poids de ce lecteur impressionne, sa qualité de fabrication est exceptionnelle, l'écoute sera t'elle à la hauteur ?


FABRICATION :




Le Yamaha CD-S2100 bénéficie d'une finition exemplaire, avec ses flancs laqués piano noirs d'une grande élégance. La façade massive en aluminium brossé est dotée de boutons de commande usinés avec une très haute précision. Son lourd châssis, lui aussi en aluminium, combiné à des pieds amortissants contribue à absorber toutes les vibrations gênantes.
L'intérieur du Yamaha CD-S2100 n'a rien à envier à son extérieur. La mécanique de lecture est équipée d'ancres lourdes, de façon à empêcher toute vibration. Son bloc de lecture est équilibré de manière minutieuse et le tiroir en aluminium est mû par un moteur souple et silencieux.
Cette platine CD et SACD embarque un DAC ESS Sabre ES9016 à deux fois quatre canaux, équipé d'une horloge maîtresse afin de baisser au maximum les effets néfastes de jitter et d'éliminer toute erreur de conversion. Cette technologie profite à la lecture des CD, SACD et aux fichiers audio arrivant via les entrées S/PDIF et USB de l'appareil.  
Le lecteur CD Yamaha CD-S2100 possède un contrôleur USB de qualité professionnelle. Ses pilotes permettent la lecture de tous les fichiers audio connus à ce jour (MP3, FLAC, HDFLAC, DSD) avec tout ordinateur via un logiciel adéquat (JRiver, Foobar2000, Korg AudioGate  sous Windows, Audirvana sous Mac OS par exemple).

Caractéristiques principales :

Lecteur CD avec DAC USB 24/192 et DSD
DAC ESS Sabre 9016S à 2x4 canaux
Contrôleur USB asynchrone avec pilotes ASIO 2.3
Mode Pure Direct
Topologie symétrique
Télécommande en aluminium

Disques lus : SA-CD, CD, CD-R/RW (MP3, WMA)

Flux audio supportés via USB : PCM jusqu'à 24 bits et 192 kHz, DSD64

Niveau de sortie : 2 V (1 kHz, 0 dB)
Rapport signal /bruit : 116 dB
Marge dynamique : 100 dB (CD) et 110 dB (SACD)
DHT : 0,002 % à 1 kHz
Réponse en fréquence : 2 Hz à 50 kHz

Entrées : 1 x USB asynchrone / 1 x S/PDIF optique / 1 x S/PDIF coaxiale
Sorties : 1 x S/PDIF optique / 1 x S/PDIF coaxiale / 1 x analogique stéréo RCA / 1 x analogique stéréo XLR

Dimensions (lxhxp) : 435 x 137 x 438 mm
Poids : 16 kg

 

IMAGE :

Ecoute CD :
La platine Yamaha CD-S2100 construit une image sonore cohérente mais, par rapport à notre lecteur de référence (), légèrement moins large et moins profonde.
A l'audition du Concerto pour la main Gauche de M. Ravel, l'orchestre s'ouvre tout au long de cette longue introduction pour exploser triple forte lors de l'entrée majestueuse du grand piano qui s'installe avec autorité devant l'auditeur dans l'espace laissé libre entre les deux enceintes.
Dans l'introduction de l'album Au pays d'Alice... du trompettiste I. Maalouf le choeur d'enfants de la maîtrise de Radio France est réparti de manière homogène dans le fond de l'auditorium sans effet de masque nuisible à la scène sonore. L'image reste stable malgré l'entrée de l'orchestre.
Si le Yamaha, dans ce domaine, n'est pas exceptionnel, il travaille très bien à la construction d'une scène sonore réaliste et dépasse sur ce point de nombreuses réalisations bien plus onéreuses que nous avons déjà testées.

Ecoute Fichiers Haute Définition : 
L'écoute de fichiers "Haute Définition", formats DSD ou 24/192, ôte le léger voile qui persistait lors de l'audition des CD ou SACD. Nous sommes, ici, en contact direct avec les musiciens. L'image sonore construite est alors encore un peu plus réelle... Une vraie réussite !

Pour information : les musiques écoutées en Haute Définition proviennent des labels Opus3 pour les DSD et 2L pour les 24/192.
 
TIMBRES :


Ecoute CD : 
Toujours par rapport à notre lecteur référence pour ce test, les timbres reproduis par le Yamaha CD-S2100 sont très légèrement simplifiés, lissés et mats. Par rapport à d'autres lecteurs dans cette catégorie, le Rega Saturn-R par exemple, le Yamaha distille des timbres d'instruments qui semblent plus réalistes et mieux définis, moins colorés.
Dans le Shéhérazade de Rimsky-Korsakov, les cuivres brillent de mille feux, les cordes graves sont fermes et rugueuses, seules les percussions les plus graves manquent subtilement de tenues et d'assises, elles sont rendues avec une teinte de mollesse. Il est à noter que la version CD est de plus haute tenue que la version dématérialisée obtenue par un "rippe" du CD....
La voix de Francis Cabrel, lors l'écoute de l'album In Extremis, présente une matité assez inhabituelle. Le lecteur semble gommer, masquer quelques intonations de la voix de l'artiste. Là aussi, les timbres sont subtilement lissés et simplifiés, c'est dommage.  

Ecoute Fichiers Haute Définition : 
Lors de l'audition de fichiers "Haute Définition", formats DSD ou 24/192, la matité et la simplification perçus dans le rendu des différents timbres des instruments et voix tendent à disparaître. Le DAC du Yamaha CD-S2100 semble être beaucoup plus performant sur les fichiers HD que sur la musique en 16/44.1, est-ce un problème de programmation du DSP du lecteur, une volonté des ingénieurs japonais ?

Pour information : les musiques écoutées en Haute Définition proviennent des labels Opus3 pour les DSD et 2L pour les 24/192. 

 
DYNAMIQUE :

Comme la très grande majorité des lecteurs de CD et des DAC, le ressenti dynamique, même si il reste très correct, n'est pas le point le plus fort de cette platine Yamaha. Comme nous l'écrivions précédemment, le message musical est très subtilement lissé et simplifié ce qui influe négativement sur le rendu dynamique.

L'écoute du live de Manu Katché publié chez le label allemand Act est très satisfaisante, la batterie est précise et les jeux des différentes cymbales sont rendus avec différenciations et distinction le tout dans un dynamique acceptable. L'écoute de ce même titre en haute Définition fait apparaître un haut medium plus riche et une bande passante un peu plus étendue dans les deux extrémités du spectre sonore.
Le Yamaha CD-S2100  apprécie le groupe suisse Yello, à l'écoute du titre The Expert, il fait pratiquement jeu égal avec notre CD Fonel Simplicité. C'est tout écrire... Belle image cohérente dans les trois dimensions, attaques des notes rapides et précises. Les musiques électroniques siéent à ravir à notre lecteur japonais.
 

TRANSPARENCE :

Ecoute CD : 
Une fois admis que le rendu sonore du Yamaha, en écoute CD, est mat, certains diront sombre, alors ce lecteur présente une belle transparence. Il laisse place à de nombreuses informations. Toutes ? Non, notre CD de référence va encore un peu plus loin.
Que ce soit la salle où l'Orchestre de Minneapolis a été capté lors des séances d'enregistrement du Shéhérazade, le studio d'enregistrement de F. Cabrel, reconnaissable entre tous, le club de jazz parisien où sévit le Quartet de Manu Katché, toutes les ambiances sonores sont différentes, le Yamaha CD-S2100 réalise très bien son travail dans ce domaine. A n'en pas douter, une référence dans sa gamme de prix !

Ecoute Fichiers Haute Définition : 
Lors de l'audition de fichiers "Haute Définition", formats DSD ou 24/192, la matité disparaît, le voile tombe et l'auditeur se retrouve ailleurs... où le son est meilleur Sourire
Toute blague à part, en lecture de fichiers DSD, la pureté des timbres (le violon de Rachel Podger interprétant des concertos de Vivaldi par exemple) est d'un naturel confondant. Alors on prend un vrai plaisir à écouter la musique, toute sorte de musique.

Pour information : les musiques écoutées en Haute Définition proviennent des labels Opus3 pour les DSD et 2L pour les 24/192.
 
 

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Le Yamaha CD-S2100 est parmi les meilleures sources numériques dans la gamme des lecteurs et DAC à 2.500 euros. Nous lui connaissons peu de concurrent. En écoute de musiques dématérialisées "Haute Définition" il fait jeu égal avec des lecteurs CD deux fois plus onéreux.
Si votre système audio possède quelques brillances alors ce lecteur, équipé de bons câbles de modulation, symétriques de préférence, est fait pour vous. Si votre système audio est bien équilibré, à la lecture des CD, le lecteur nippon apportera une certaine matité plutôt agréable sur tous les enregistrements de musiques modernes et pour les écoutes de musiques dématérialisées vous serez sur une autre planète
Allez l'écouter, vous serez surpris et certainement enchantés !

Les "Pros and Cons"  : 

     + qualité de fabrication,
     + fonctionnalités, lecture CD, SACD, toutes les musiques dématérialisées 
     + musicalité,
     + son Rapport Qualité/Prix,
     - une petite matité et simplification du message sonore,
     
Musiques écoutées :

  1. CD - M. Ravel - Concerto pour la main gauche (Fleisher / Ozawa - Sony Music 1990)
  2. CD - I. Maalouf - Au Pays d'Alice... Introduction (Au pays d'Alice... - Mi'ster 2014)
  3. CD - G. Mahler - Revelge  (Des Knaben Wunderhorn (Henschel-Herreweghe - Harmonia Mundi 2006)
  4. CD - F. Cabrel - Le pays d'à côté (In extremis - Sony Music 2015)
  5. CD - Rimsky-Korsakov - Scheherazade (Antal Dorati 1958 - Mercury Living Presence 2015)
  6. CD - Yello - The Expert (Touch - Yello 2009)
  7. CD - Manu Katché - Springtime Dancing (Live in Concert - ACT 1984)
 
Le Système d'écoute :

Amplificateur : Fonel Emotion AB,
Sources : Yamaha CD-S2100Fonel CD Simplicité
Enceintes : Fonel Eureka
Câble USB : Black Rhodium Star USB
Câbles de modulation : Studio Connections Référence RCA
Câbles HP : Studio Connections Platinum
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE (ampli, sources et enceintes)
 

Les Notes en écoute CD :
 
Fabrication : 17/20
Image : 15/20
Timbres : 13/20
Dynamique : 14/20
Transparence : 14/20 
Qualité/Prix : 16/20
Les Notes en écoute fichiers Haute Définition :
 
Fabrication : 17/20
Image : 16/20
Timbres : 15/20
Dynamique : 14/20
Transparence : 16/20 
Qualité/Prix : 18/20

 

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51
vendredi, 29 mai 2015 09:16

Rega Dac-R : le test

Évaluer cet élément
(52 Votes)
Le Rega DAC-R est un convertisseur numérique/analogique compatible 16, 20 et 24 bits. Il gère les fréquences d'échantillonnage de 32 kHz à 192 kHz. Il permet une résolution maximale sur toutes ses entrées, y compris l'USB asynchrone compatible 24/192.
La marque anglaise Rega, de part la planète, est connue et reconnue comme ayant un des meilleurs rapport Qualité/Prix/Musique du marché audio, certaines de ses dernières créations nous ont un peu laissé sur notre faim, qu'en sera t'il de cette nouvelle mouture de leur DAC entrée de gamme ?



FABRICATION :

Le Rega DAC-R se présente dans un coffret en aluminium et en acier d'aspect robuste, à la finition approximative, comme pratiquement tous les produits Rega, c'est la signature de la marque Sourire.
Il embarque deux circuits intégrés Wolfson, offre la possibilité d'utiliser 3 filtres numériques et comporte 5 entrées numériques isolées : 2 entrées coaxiales, 2 entrées Toslink S/PDIF et une entrée USB. L'étage d'entrée optique et coaxial est bâti autour d'un récepteur de flux numérique Wolfson de très haute précision et d'une horloge à faible taux de jitter. Les puces Wolfson, le récepteur et le PLL disposent chacun de leurs propres circuits d'alimentation. L'étage de conversion, qui utilise une paire de Wolfson WM8742 en montage parallèle, eux-mêmes pilotés par un étage tampon, est assuré de recevoir l'intégralité des informations en provenance de la source (ce montage est similaire à celui intégré au lecteur CD Rega ISIS).

Caractéristiques principales :

Résolution numérique (toutes entrées) : 16 à 24 bits
Fréquences reconnues : 32, 44,1, 48, 88,2, 96, 176,4, 192 KHz
Distorsions par harmoniques (toutes entrées 24 bits 96 KHz) : 0,006% @ 1 KHz
Rapport signal/bruit : -105 dB (par rapport au niveau de sortie maximum avec bande passante de 100 Hz à 22 KHz)

Entrées numériques :
- USB isolé asynchrone / 2 x entrées optique/Toslink / 2 x entrées coaxiales isolés 75 Ohms 
Sorties numériques (via recepteur & PLL) - SPDIF :
- Toslink optique isolé 75 Ohms / Coaxial isolé 75 Ohms
Sortie analogique :
- RCA stéréo

Dimensions (lxhxp) : 215 x 80 x 320 mm
Poids : 4 kg
Télécommande

IMAGE :

Le Rega DAC-R est équipé d'un filtre à trois positions qui permet d'adopter l'écoute que vous désirez. Les variations de son entre les trois positions sont assez minimes quoique sur un système "full range", mais ce produit est-il adapté à de tels système onéreux ?, la signature sonore change subtilement avec pour une position des basses moins précises mais un haut medium plus subtil et pour une autre position une image moins large et une légère mise en avant du medium. Pour ce test, après de nombreux test nous avons opté pour le filtre n°1, le plus neutre et surtout celui ayant la bande passante la plus large.

L'audition du titre "The Expert" du groupe suisse Yello de musique électronique à tendance new wave, nous permet de constater que l'image stéréo reproduite par le Rega DAC-R est de qualité, elle se construit bien au delà des enceintes, même si nous n'arrivons pas encore à atteindre ce qu'est capable de former notre source de référence pour ce test (lecteur CD Fonel Simplicité), nous obtenons un beau résultat.
Cela se confirme à l'écoute de l'orchestre de Minneapolis dans le Shéhérazade de Rimsky-Korsakov, la phalange américaine se déploie dans l'auditorium sans restriction et l'écoute, au niveau de l'image, est plaisante.


TIMBRES :

Même si en comparaison de notre système de référence, une écoute attentive, fait ressortir un manque d'informations dans les harmoniques des instruments, les couleurs restent plus que plausibles pour une oreille avertie.

A l'écoute du Shéhérazade, le violon solo de l'orchestre de Minneapolis garde tout son pouvoir de séduction, les cuivres restent rugueux à souhait, seul le bas du spectre sonore manque de vérité, les percussions, les contre basses sont légèrement pâteuses et manquent de profondeur et de précisions.
C'est avec grand dommage que nous retrouvons ces défauts, qui seront certes beaucoup moins présents à l'écoute d'un bon système moyen de gamme, à l'audition du live de Manu Katché, la batterie de notre percussionniste national, lors des impacts sur les gros toms (18 pouces ?) et sur la grosse caisse manquent de lisibilité. par contre la caisse claire est bielle et, "claque" presque vraie. Les interventions du saxophone sonnent cuivrées et c'est déjà très bien pour un DAC à moins de 900 euros.

DYNAMIQUE :

Manifestement, c'est ici que le bât blesse. Comme de très nombreux produits Haute Fidélité moyen/bas de gamme, le Rega DAC-R, par rapport à une source plus Haut de Gamme, affiche un tempérament très, trop nonchalant. Cela me souvient d'un constructeur d'amplificateurs français qui affirmait, à qui voulait bien l'entendre, que plus la musique reproduite était lente, mieux c'était. Je pense qu'il martelait ce discours car il était dans l'incapacité et, il semble toujours incapable, de construire des amplificateurs réactifs et musicaux... Mais cela est une autre histoire Complice .
Pour ce convaincre de ce petit manque de dynamique, l'écoute du titre de Yello est un bon révélateur... Tout arrive un peu moins vite, un peu moins soudainement que d'habitude, certains petits effets sont alors masqués et disparaissent. Mais, au vu du tarif du Rega DAC-R, rien ici n'est rédhibitoire.
Il en va de même pour la reproduction de la batterie de Manu Katché, les impacts sont un brin moins francs, légèrement retenus, mais il est vrai que je compare ce DAC à l'un des très bons lecteurs CD du marché...

TRANSPARENCE :

La Transparence découle de tous les autres critères... En Haute-Fidélité, c'est certainement le critère le plus compliqué. Le Rega DAC-R n'échappe pas à la règle, son léger manque de vivacité, sa perte d'informations lors de la reproduction d'un message sonore ne lui permettent pas, ici, d'obtenir une bonne note. 
La superbe voix du baryton allemand Dietrich Henschel dans le lieder de G. Mahler, Revelge, perd de sa puissance, de sa beauté, de sa qualité narrative, l'orchestre est repoussé au loin et manque de définition dans les notes les plus graves.
Mais, il faut sagement le reconnaître, le test est difficile et l'objectif d'une telle réalisation qu'est un DAC à moins de 1.000 euros, n'est peut être pas de reproduire un grand ensemble symphonique dans une musique fin XIXéme, ce qu'il y a certainement de plus compliqué en Hi-Fi. 

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Rega
ne démérite pas avec ce DAC. Son savoir faire des produits peu onéreux musicaux reste vraie. Le mélomane, en se procurant le Rega DAC-R place correctement son argent. Mais il ne faut pas s'attendre à des miracles. Si vous possédez une chaîne Haute-Fidélité homogène et que vous recherchez une source à prix moyen alors le Rega DAC-R a été conçu pour vous.

Globalement, l'écoute de petits ensembles acoustiques ; musiques baroques, trio, quartet, sextet de jazz, orchestre mozartien, au travers d'un tel produit, procure de beaux moments. Quant aux autres musiques, orchestre symphonique, opéra, musiques électroniques... cela semble plus problématique, la ligne de basse reproduite par cet élément Haut Fidélité est atténuée et manque surtout de précision. Si vous recherchez des graves profonds et rapides, passez votre chemin.

Etonnamment ce manque de grave à la lecture de fichiers Haute Définition (24/96) est moins perceptible et le Rega DAC-R affiche alors un tout autre caractère... Mais, dans la grande majorité des cas, de nos jours le mélomane écoute de la musique numérique dans le format 16/44.1 !

Les "Pros and Cons"  : 

     +les qualités musicales rapportées au prix du produit,
     +ses nombreuses entrées numériques, 
     - la qualité de fabrication qui laisse un peu à désirer,
     - la reproduction des graves,
     - l'entrée USB qui n'est pas tout à fait à la hauteur des entrées coaxiales,
 

Musiques écoutées :

  1. 16/44 - G. Mahler - Revelge  (Des Knaben Wunderhorn (Henschel-Herreweghe - Harmonia Mundi 2006)
  2. 16/44 - F. Cabrel - Le pays d'à côté (In extremis - Sony Music 2015)
  3. 16/44 - Rimsky-Korsakov - Scheherazade (Antal Dorati 1958 - Mercury Living Presence 2015)
  4. 16/44 - Yello - The Expert (Touch - Yello 2009)
  5. 16/44 - Manu Katché - Springtime Dancing (Live in Concert - ACT 1984)
 

Le Système d'écoute :

Amplificateur : Fonel Emotion A,
Sources : Rega DAC-R - Fonel CD Simplicité
Enceintes : Fonel Eureka
Câble Numérique : Studio Connections Reference
Câbles de modulation : Studio Connections Référence RCA
Câbles HP : Studio Connections Platinum
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE (ampli, sources et enceintes)
 

Les Notes en 16/44.1 :
 
Fabrication : 10/20
Image : 13/20
Timbres : 13/20
Dynamique : 12/20
Transparence : 11/20 
Qualité/Prix : 15/20
Les Notes en 24/96 :
 
Fabrication : 10/20
Image : 14/20
Timbres : 14/20
Dynamique : 14/20
Transparence : 15/20 
Qualité/Prix : 17/20

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51

mercredi, 27 mai 2015 09:30

Marantz NA-6005 : le test

Évaluer cet élément
(107 Votes)
Le Marantz NA-6005 est un lecteur audio réseau  équipé d'un DAC 24 bits / 192 kHz et DSD, de contrôleurs réseau WiFi et Ethernet compatibles AirPlay et DLNA, et permet l'écoute des radios web et du service de musique en ligne Spotify.
Nous avons de la chance il est également, via son port USB, compatible avec les iPhone, iPod et iPad tandis que son entrée numérique optique permet d'y connecter un téléviseur HD ou  tout autre source numérique, une Box ou une console de jeux par exemple. Ce lecteur réseau est équipé d'un récepteur Bluetooth, pour une écoute directe avec tout smartphone ou tablette.

Est-ce un produit Haute-Fidélité ?

C'est ce que nous allons essayer d'établir avec ce test.


FABRICATION :



Le Marantz NA-6005 bénéficie d'un châssis en métal avec une façade en aluminium et plastique, il est disponible en deux teintes noire et argent.
Il intégre, pour décoder tous les formats audio, une puce de conversion numérique-analogique Cirrus Logic CS4398, capable de prendre en charge les flux PCM stéréo jusqu'à 24 bits / 192 kHz, ainsi que les flux DSD 2,8 et 5,6 MHz. Ce DAC est servi par un étage de sortie à composants discrets HDAM SA2, une exclusivité Marantz.Le grand intérêt de ce lecteur est la lecture de multiples formats de fichiers audio, partagés sur un réseau domestique. En effet le NA-6005 est compatible DLNA / UPnP (Devialet devrait s'en inspirer). Ce lecteur est donc pilotable via une application pour smartphone ou tablette. Au regard de la façade arrière, nous regrettons amèrement le sortie numérique spdif coaxiale qui aurait permis d'utiliser ce lecteur réseau conjointement à un DAC Haut de Gamme. Pour nous, c'est indiscutablement une erreur grossière pour un produit à près de 600 euros !

Caractéristiques principales 
:

DAC externe S/PDIF optique
Puce Cirrus Logic CS4398, décodage PCM 24/192 et DSD 64/128
WiFi, Ethernet, AirPlay et DLNA
Compatible radios web et Spotify Connect
Lecture fichiers audio MP3, WMA, AAC, FLAC, ALAC, WAV, AIFF et DSD (.DSF)
Lecture gapless
Ampli casque
Afficheur LCD
Télécommande
Dimensions (lxhxp) : 440 x 104 x 329 mm
Poids : 6 kg

IMAGE :

Chez Marantz ce lecteur réseau, dénommé NA-6005, arrive après le très correct NA-8005 et surtout après le superbe NA11-s1 un des meilleurs lecteur réseau du marché. Jusqu'à présent, l'objet semble plus que satisfaisant, son tarif et ses fonctionnalités semblent attractif mais, va t'il confirmer ces bonnes impressions lors de nos différentes écoutes ? "Let's go !"

Par rapport à l'écoute du CD avec le lecteur Fonel Simplicité, l'écoute du lied Revelge de G. Mahler est triste et sans relief, l'image sonore est réduite en largeur et en profondeur c'est un peu comme si nous regardions une image en format "jpeg" après avoir vu la même en format "tiff" (les photographes comprendront) sur un bel écran étalonné. 

A l'écoute du titre de F. Cabrel, Le Pays d'à Côté, tiré de son album In Extremis, nous retrouvons une image légèrement rabotée sur les côtés et surtout une forte accentuation de la mise en avant de la voix du chanteur avec une mise au second plan des instrumentistes, phénomène qui n'existe pas lors de l'audition sur notre source de référence.

TIMBRES :

La rugosité, la puissance des Cuivres de l'orchestre de Minneapolis sont complètement lissées et aseptisées, à l'écoute du Shéhérazade dirigé par A. Dorati. Cet enregistrement aux timbres riches devient, ici, presque banal. Le violon solo perd de sa réalité et l'instrument ne devient plus qu'une corde sur lequel glisse un archet sans corps et sans âme.

La voix de Francis Cabrel, même si elle reste identifiable, perd de sa réalité et manque de nuance, c'est étonnant comme un grand nombre d'harmoniques (en fait des informations) disparaît. Comment un fabricant sachant construire de très beaux appareils arrive t'il à un tel résultat ? N'est-ce pas l'envie, le cahier des charges, d'obtenir un produit aseptisé apte à reproduire des fichiers compressés dans de bonnes conditions, destiné à une clientèle qui attache peu d'importance aux qualités musicales de son investissement ?

A l'actif de Marantz, il faut reconnaître que cela devient une règle dans le marché de l'audio aujourd'hui ! 

DYNAMIQUE :

La dynamique pêche principalement par une ligne de basse peu précise, manquant de relief et de profondeur. A l'écoute du Stevie Ray Vaughan, la ligne de basse est peu lisible et parfois brouillonne. Lorsque les cordes de la guitare du musicien doivent "claquer" le message sonore reste très, trop sage et manque de relief... L'écoute devient un brin ennuyeuse et légèrement vaporeuse Complice
Ces mêmes défauts se retrouvent amplifiés lorsque nous décidons de déguster le titre de Yello "The Expert", non seulement l'image est réduite dans les trois dimensions mais nous perdons tout le charme de toutes ses attaques de note ultra rapides, la voix perd de sa précision et de sa compréhension.


TRANSPARENCE :

Par transparence, nous pouvons entendre "respiration", et c'est vraiment ce qui semble manquer le plus à la découverte de ce lecteur réseau. A l'écoute du grand orchestre symphonique dans l'oeuvre de Rimsky-Korsakov, la musique arrive globalement, comme dans un sac dans lequel tout serait en vrac. Certes pour faire comprendre le sujet j'exagère le trait... mais à peine.
De même le Tin Pan Alley manque d'ampleur, de respiration, d'aération, la musique est compacte, aucun instrument ne se détache, l'écoute peut paraître très plate.

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Sorti du carton le Marantz NA-6005 est pratiquement inaudible, tout commence à se mettre en place, ou presque, après 20 heures de fonctionnement. Maintenant la vraie question est-ce que le client, pour l'achat de ce produit à 600 euros, en a pour son argent ?
Les fonctionnalités attendues sont présentes, le produit est simple et pratique à utiliser. Un petit bémol, son afficheur LCD est bien tristounet,  par exemple il aurait vraiment été intéressant d'afficher la photo de l'album écouté.
Au niveau son, le NA-6005 est, pour moi, fort moyen, son écoute ne procure guère de plaisir et comporte trop de points négatifs. Son acquisition dépendra de vos besoins, mais un tarif de 449 euros, pour un tel produit eut été plus réaliste.

Marantz NA6005


Les "Pros and Cons"  : 

     + fonctionnalités , 
     - qualités musicales,
     - afficheur LCD,
     - son prix,

 

Musiques écoutées :

  1. SD - G. Mahler - Revelge  (Des Knaben Wunderhorn (Henschel-Herreweghe - Harmonia Mundi 2006)
  2. SD - F. Cabrel - Le pays d'à côté (In extremis - Sony Music 2015)
  3. SD - Rimsky-Korsakov - Scheherazade (Antal Dorati 1958 - Mercury Living Presence 2015)
  4. SD - Yello - The Expert (Touch - Yello 2009)
  5. HD - Stevie Ray Vaughan - Tin Pan Alley (Couldn't Stand The Weather - Epic 1984)
 

Le Système d'écoute :

Amplificateur : Fonel Emotion A,
Sources : Marantz NA-6005 - Fonel CD Simplicité
Enceintes : Fonel Eureka
Câbles de modulation : Studio Connections Référence RCA
Câbles HP : Studio Connections Platinum
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE (ampli, sources et enceintes)
 

Les Notes :

Fabrication : 12/20
Image : 10/20
Timbres : 10/20
Dynamique : 09/20
Transparence : 09/20 
Qualité/Prix : 12/20

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51
lundi, 25 mai 2015 10:04

Soulines Dostoyevsky DCX : le test

Évaluer cet élément
(39 Votes)
Aucun dilemme ce matin, il pleut... Les Fonel Eureka sont si plaisantes à écouter... Profitons que le système soit encore installé pour écrire un test au sujet de cette très belle platine Soulines Dostoyevsky DCX.
L'amplificateur connecté aux enceintes, pour débuter les écoutes est le Yamaha A-S3000 accompagné de la platine CD et SACD Yamaha CD-S3000. En écoute CD, rien d'extraordinaire, la restitution sonore est assez plate, elle manque de relief, de dynamique, de joie musicale, globalement elle n'a aucun intérêt donc la surprise fut grande lorsque je décidai d'écouter, via l'étage phono de l'amplificateur Yamaha, quelques vinyles.
Par contre comment réaliser un test pertinent d'une platine vinyle ?
J'ai beau réfléchir, je n'entrevois aucune solution. Il existe tellement de paramètres qui interviennent lors de l'écoute de nos vieilles et beaucoup moins vieilles galettes noires. Les principaux paramètres sont le bras, la cellule et, l'étage de prèamplification et de correction RIAA, tous ces paramètres sont indépendants de la platine et pourtant indispensables afin de tester cette platine. Oh! toutes mes excuses, j'allais complètement "zapper" un des paramètres les plus importants, le support sur lequel repose la platine vinyle, ne jamais oublier que les principaux ennemis d'une belle écoute analogique sont les vibrations...

Pour ce test, plutôt cette écoute le bras installé sur la Soulines Dostoyevsky DCX. est le très fameux Rega RB303 que nous retrouvons sur un grand nombre de platines dont le prix s'étage de 750 euros à 3500 euros. Ce bras, d'une longeur de 9 pouces, a pour lui l'avantage de son prix, de sa facilité d'installation et de réglage, de sa fiabilité et de ses belles qualités de suivi de sillon. La cellule choisie est une MC ; une MC (Magnet Coil)  parce que à ce jour il m'est devenu pratiquement impossible d'écouter une MM, même haut de gamme, l'Ortofon Quintet Blue, pour son prix, ses qualités dynamiques, tout en gardant à l'esprit que cette cellule, plus adapté aux musiques rock, jazz et variété, manque un peu de finesse et de subtilité, elle ressemble à une Denon DL103 mais en beaucoup mieux, vous me direz que cela n'est pas très difficile Complice Les supports sont les Dilixaudio Cantabile sur lesquels j'ai disposé une plaque anti résonnante Rogoz.

Après avoir écouté quelques LP avec le Yamaha (voir liste ci-dessous), je décidai, à l'écoute du potentiel ressenti, de changer d'amplificateur et donc d'étage de prèamplification. J'installai un système Haute Fidélité "full" Fonel avec l'amplificateur Fonel Emotion Classe AB et le sublime, le terme n'est, ici, pas galvaudé, étage de préamplification phono Fonel Symphony (et dire que la presse spécialisée française n'a rien compris à ce produit).

 
FABRICATION :

La Dostoyevsky DCX a été conçue comme une platine vinyle «classique», elles se compose de deux châssis en bois de bouleau balte. Le premier, carré, supporte le plateau et le porte bras, le second, de moindre format, complètement indépendant (voir photo), possède le moteur et le système d'entrainement de la courroie. Ce classicisme cache la volonté du constructeur d'intégrer à sa platine les technologies les plus performantes équipant ses modèles haut de Gamme. Sur une platine vinyle tout repose sur l'axe centrale qui permet au plateau d'obtenir une rotation régulière sans à-coups et surtout sans aucune vibration, Soulines conçoit cet axe en laiton et en acier inoxydable en employant des machines outils de haute précision, tout ce travail permet d'éviter le "rumbling" qui sévissait sur un grand nombre de platines vinyles construites au siècle dernier.
Le plateau est en polypropylène, d'une hauteur de 40 mm et d'un poids de 2,4 kg, il assure une bonne stabilité de la vitesse et évite ces micro variations de vitesse si désagréable à l'écoute.
La platine est livrée avec un capot anti-poussières et trois systèmes de fixation de bras :
     - pour les bras Rega et origineLive (222 mm)
     - pour les bras SME (204-239 mm)
     - pour les bras Jelco (214 mm)

Caractéristiques
 :

Moteur : moteur à courant continue contrôlé électroniquement
Vitesse : 33.3 et 45 tpm avec ajustement précis
Dimensions : 460 x 350 mm (Largeur x Profondeur)
Poids : 9.5kg

IMAGE - TIMBRES - DYNAMIQUE - TRANSPARENCE :

Au seigneur du blues électrique revient les honneurs de débuter cette écoute, le très fameux Tin Pan Alley de Stevie Ray Vaughan se déguste avec grande satisfaction, pour ceux qui connaissent ce titre, allez l'installer sur votre système Hi-Fi, écoutez le et continuez la lecture de ce test, la ligne de basse, du début à la fin, reste très lisible et précise, manque seulement par rapport à une platine très Haut de Gamme ce déploiement extraordinaire dans l'infra basse (ne cherchez pas il n'existe pas sur le CD), les attaques sur les cordes de la guitare sont fantastiques et font sursauter l'auditeur à tous les coups, la voix du guitariste est bien plantée au milieu des deux enceintes alors que la batterie procure des éclairs d'énergie dans les quatre coins de l'auditorium. Un vrai spectacle en cinémascope. me revient en souvenir une écoute bien terne réalisée au dernier salon Haute-Fidélité à Munich sur un système Haut Rendement datant des année 50...

Remontons encore un peu plus le temps, la "nostalgie camarade", à l'écoute du One Of These Days du Pink Floyd, dans mes souvenirs, lorsque j'étais jeune, ici, la batterie m'impressionnait, aujourd'hui mon oreille est attirée par  le travail des deux basses doublées à l'unisson par une chambre d'écho (Roger Waters et David Gilmour), les vibrations des cordes sont rendues avec subtilité et précision, les deux instruments sont très distincts l'un de l'autre et leurs sons puissants délivrent une pression acoustique digne des plus belles écoutes. La cellule Ortofon Quintet Blue excelle sur ce type de musique !

Humblement, je le reconnais, je pensais, honte à moi, que Christian Vander ne s'intéressait pas du tout au son des productions sonores de son groupe Magma et quelle ne fut pas ma surprise à l'écoute du LP Wurdah Ïtah. La dynamique, par rapport au CD que j'écoute régulièrement, est incroyable. Les attaques des notes du piano, la précision et la dynamique caisse clair, le rendu des voix, homme et femme, tout est superbe, direct, franc sans aucune traînée, la première face du 33 tours ne semble durer que temps d'un coup de vent tellement l'écoute est fascinante.

Les canons de ACDC ne semblent pas être à la hauteur dynamique, de la batterie et des guitares, le producteur de ce We Salute You a du craindre pour les systèmes Hi-Fi de ses clients Sourire. Par contre la production du groupe (guitares, basses, batterie) m'étonne à chaque fois que j'écoute une partie de ce LP, deux titres de ACDC par jour est la dose maximale que je m'octroie lors des tests, un bon système Haute Fidélité doit rendre l'énergie de cette musique tout en gardant précision et justesse.

Ce qui étonne avec la platine Soulines est, justement, cette capacité à être extrêmement dynamique tout en fournissant une ligne de basse profonde et précise et surtout en ne tombant jamais dans la caricature. 

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Cette platine est, pour son prix, vraiment étonnante. Elle possède à la fois les qualités d'une Rega RP10, légèreté du rendu musical, rapidité, dynamisme, et les qualités d'une Transrotor Zeit 1, ligne de basse précise, silence de fonctionnement.
Si je n'avais pas la chance, oui j'écris bien la chance, d'écouter régulièrement d'exceptionnelles platines vinyles au tarif trois fois supérieur, l'écoute de la Soulines Dostoyevsky DCX me satisferait entièrement et j'aurai vraiment beaucoup de mal à imaginer que nos chères galettes noires peuvent apporter encore un peu plus d'émotions et de plaisirs.

Les "Pros and Cons" : 
     + la beauté de l'objet classique et moderne à la fois, 
     + la qualité des matériaux employés, le superbe bouleau balte,
     + le rapport Qualité/prix,
     - à ce tarif rien,
 
Musiques écoutées :
  1. LP - Magma - Wurdah Ïtah (Wurdah Ïtah - Seventh Records ré-édition 2015)
  2. LP - Stevie Ray Vaughan - Tin Pan Alley (Couldn't Stand The Weather - Epic 1984)
  3. LP - ACDC - For Those About To Rock (We Salute You - Atlantic 1981)
  4. LP - Pink Floyd - One Of These Days (A Collection Of Great Dance Song - Pathé Marconi EMI 1981) 
 
Le Système d'écoute :

Amplificateur : Fonel Emotion AB, Yamaha A-S3000
Sources Soulines Dostoyevsky DCX - Ortofon Quintet Blue MC - Fonel Symphony
Enceintes : Fonel Eureka
Câbles de modulation : Studio Connections Platinum XLR et RCA
Câbles HP : Studio Connections Platinum
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE (ampli, sources et enceintes)

Lien BoutiqueSoulines Dostoyevsky DCX
 

Les Notes :

Fabrication : 17/20
Image : 15/20
Timbres : 15/20
Dynamique : 16/20
Transparence : 16/20 
Qualité/Prix : 19/20

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51
dimanche, 24 mai 2015 11:03

Fonel Eureka : le test

Évaluer cet élément
(34 Votes)
En ce très beau dimanche printanier, un choix cornélien se posait, que devais-je faire ? Enfourcher le vélo et me balader dans la campagne champenoise ou écouter un peu de musique et tester enfin ces superbes colonnes semi-actives (chaque enceinte est équipée d'un amplificateur en classe AB alimentant les woofer) que sont les Fonel Eureka.

Se replonger dans la musique à l'écoute d'un système d'une très grande musicalité, une semaine après le salon Haute-Fidélité de Munich fut un grand plaisir. Le système écouté, quoique très onéreux (environ 25.000 euros) procure beaucoup plus de plaisir que certains systèmes écoutés outre-Rhin dix fois plus voire vingt fois plus onéreux.
Pour débuter ce test, l'amplificateur sélectionné fut l'exceptionnel Fonel Emotion Classe A, il n'y a pas de mal à se faire du bien. Ensuite les écoutes furent confirmées avec le beaucoup plus neutre, plus droit amplificateur Leema Tucana II et le plus grand public Yamaha A-S3000.

FABRICATION :

Ces colonnes, très logeables dans un intérieur domestique, d'une hauteur de 1 mètre, présentent une superbe façade en vrai bois d'arbre (Complice) équipées chacune de quatre haut parleurs de marque Vifa, un grave "papier" de 20 cm alimenté par son propre amplificateur de 260 w., deux médiums "papier" de 10 cm et d'un tweeter dual-ring. Ce sont des enceintes closes donc, dans l'absolu, faciles à positionner mais comme pour toutes les enceintes réellement Haut de Gamme, les murs trop proches seront leur ennemis.

Caractéristiques
 :
Sensibilité 91,5 dB
Enceinte trois voies passive cde type close
bande passante : 22 - 35000 Hz
Puissance amplificateur AB pour la partie grave : 260 W
Ajustement du grave :  ± 3 dB
Dimensions : 1050 x 330 x 250 mm
Poids : 32 Kg (l'enceinte)


IMAGE :


Comme tout système Haut de Gamme qui se respecte, à l'écoute attentive (!) les enceintes disparaissent réellement, sur le Stevie Ray Vaughan, par exemple, les yeux clos, il devient impossible de les positionner avec précision dans l'auditorium. La scène sonore, devant nous est réaliste autant en profondeur quand largeur, ceci devient encore plus flagrant à l'audition de l'enregistrement Mercury du Shéhérazade de 1958 qui, si par les timbres reproduits date un peu, par son image, par l'espace tridimensionnel qu'il construit devant le mélomane est exceptionnel.
Nous retrouvons ces mêmes qualités sur le très réussi dernier album de Francis Cabrel, certainement son tout meilleur depuis longtemps. L'artiste se tient devant l'auditeur entouré de ses musiciens, nous sommes plongés dans un studio assez petit en grande intimité avec les intrumentistes. Bravo !

TIMBRES :

L'orchestre de 1958, à l'écoute des Eureka est très différent de l'orchestre de 2014. Sur le Shéhérazade, les timbres sont légèrement surannés, l'interprétation de Dorati sort des sentiers battus, l'oeuvre de Rimsky Korsakov devient presque rugueuse, violente loin des clichés vaporeux des Milles et une Nuits romantiques habituels, mais malgré cela les microphones, très certainement à tubes, rendent certes parfaitement la dynamique mais impriment une coloration à tous les timbres des instruments. Cette coloration très typique des 50's disparaît à l'écoute de la magnifique oeuvre de Addinsell qui, en un peu plus de 10 minutes, vous résume tout Rachmaninov. Là, le grand piano de concert s'installe dans l'auditorium avec sa dynamique, la main gauche plaque des accords vigoureux et précis reproduits à merveille tandis que la main droite égrene une multitude de notes perlées virevoltantes dans l'espace, nous oublions complètement le système audio pour prendre un réelle plaisir à vivre la musique. Et nous n'avions encore rien entendu...
Si vous connaissez Opus 51, vous savez certainement notre attachement à la musique fin de siècle du Vienne Impérial et encore plus à celle de Gustav Mahler. L'interprétation, en soit, des Knaben Wunderhorn par J. Norman est exceptionnelle quoiqu'en disent certains experts. Ici à l'écoute du LP elle devient MAGIQUE, la voix de la Diva est... "divanesque" ! Sa présence, sa dynamique, son timbre (les chanceux qui l'ont entendue en concert le savent) sont reproduits avec vérité, c'est à tomber ! Encore Bravo !


DYNAMIQUE :

Parlons vrai, le critère "dynamique" concerne plus les sources et encore plus l'amplificateur, écoutez un Devialet et vous comprendrez... que les enceintes. Encore plus important que la dynamique est la micro-dynamique, c'est à dire la reproduction sans tassement des plus infimes écarts dans l'intensité des notes (cf encore une fois le contre exemple Devialet). Mais certaines enceintes sont conçues, mal conçues, de telle sorte que toutes les notes sont pratiquement jouées avec la même intensité sonore, comme si le rendu musical optimal était celui d'un enregistrement transformé en fichier mp3 128 K. J'ai eu cette désagréable surprise, par exemple, à l'écoute des Tannoy Turnberry ou d'autres modèles de la marque Raidho ou  Scansonic, liste non exhaustive mais enceintes écoutées très récemment ayant ce grave défaut et me venant en tête.
Les Fonel Eureka sont loin de tout cela la dynamique reproduite arrive presque, j'ai bien écrit presque, à celle entendue lors de concert. La dynamique c'est la possibilité de reproduire avec silence les notes les plus faibles et avec aisance les nuances les plus fortes plus l'écart est grand, plus le respect de la réalité musicale est présente. Mais ces critères exigent des amplificateur très réactifs et costauds. Avec les Eureka se problème disparaît car elles s'occupent, avec grande maestria, elles-même de ce qui est le plus pénible pour un amplificateur, j'ai pointé cette fameuse gestion des notes les plus graves grandes consommatrices d'énergie.

TRANSPARENCE :

Ici aussi, si l'enceinte est conçue correctement avec des haut parleurs neutres, la transparence doit être de mise. Mais malheureusement, une très grande majorité des enceintes actuelles sont très colorées, les haut parleurs bien souvent utilisés qu'ils soient en céramique, en polypropylène ou tout autre matière exotique imposent aux timbres une coloration marquée c'est à dire créent des harmoniques audibles autour des sons reproduits...
Alors l'enceinte chante !
C'est étrange certaines personnes semblent être insensibles à ces harmoniques que j'estime disgracieuses pour preuve, la lecture d'un test concernant des enceintes Vienna Acoustics où le journaliste, certainement de bonne foi, concluait son article en écrivant que ces Grand Bach, puisqu'ainsi se nomme ces enceintes autrichiennes, sont des enceintes colonnes d'une très grande neutralité alors que c'est tout le contraire, tous les haut parleurs utilisés par ce constructeur impriment une coloration à la reproduction sonore de vrais instruments, et principalement des cuivres. Souvenez-vous de la trompette "en plastique" de Louis Armstrong Sourire

Fonel équipe toutes ses enceintes de haut parleurs assez simples et classiques, certains diront bon marché, utilisés dans les bandes passantes où ils s'expriment parfaitement d'où cette grande neutralité et transparence à l'écoute des réalisations du constructeur allemand. Seul souhait que nous pourrions avoir c'est une sensation encore plus grande de rapidité mais celle-ci ne se retrouve que dans certaines, très rares, réalisations très Haut de Gamme.

 

RAPPORT QUALITE/PRIX :

Arrêtons de rêver et retour sur Terre, en France, en Champagne et constatons qu'une paire d'enceinte à 9.500 euros ce n'est pas rien mais... Le mélomane, l'audiophile en a, pour une fois dans le monde de la Hi-Fi Haut de Gamme, pour son argent. L'écoute de ces enceintes, si vous possédez une vraie bonne et musicale électronique, est exceptionnelle. Des heures entières sans ressentir la moindre fatigue, l'envie de "galoper" d'une galette à une autre, le plaisir des émotions, la puissance d'un riff, le sursaut à l'attaque franche et décisive d'une caisse claire, la frayeur au triple forte d'un orchestre symphonique, tout ici est Magie.

Les "Pros and Cons" - hommage à Roger Waters Complice  : 
     + la beauté de la finition, vrai bois des façades des enceintes, 
     + les vraies qualités musicales,
     + la facilité d'emploi,
     - guère (je n'ai jamais compris ce qu'entendait pas là un trop célèbre journaliste),
     - le prix mais réellement justifié
 

Musiques écoutées :

  1. CD - Francis Cabrel - Dur comme Fer (In extremis - Sony Music 2015)
  2. CD - Addinsell - Warsaw Concerto (Piano Concerto, D. Angatsehewa - Ars production 2015)
  3. CD - Rimsky-Korsakov - Scheherazade (Antal Dorati 1958 - Mercury Living Presence 2015)
  4. LP - Mahler - Des Knaben Wunderhorn (J. Norman - J. Shirley-Quirk - B. Haitink - Philips 1976)
  5. LP - Stevie Ray Vaughan - Tin Pan Alley (Couldn't Stand The Weather - Epic 1984)
  6. LP - ACDC - For Those About To Rock (We Salute You - Atlantic 1981)
 

Le Système d'écoute :

Amplificateur : Fonel Emotion A, Leema Tucana II et yamaha A-S3000
Sources : Fonel CD Simplicité - Soulines Dostoyevsky DCX - Ortofon Quintet Blue MC - Fonel Symphony
Enceintes : Fonel Eureka
Câbles de modulation : Studio Connections Platinum XLR et RCA
Câbles HP : Studio Connections Platinum
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon SE (ampli, sources et enceintes)
 

Les Notes :

Fabrication : 16/20
Image : 17/20
Timbres : 17/20
Dynamique : 17/20
Transparence : 17/20 
Qualité/Prix : 18/20

Les propos et les avis énoncés dans ce test n'engagent que l'auteur de ce test et en rien la société Opus 51
jeudi, 07 mai 2015 10:39

Xavian Neox2 : lu dans la presse

Évaluer cet élément
(10 Votes)

L'enceinte colonne Xavian Neox 2 vient d'obtenir les honneurs de la presse Hi-Fi française. Le magazine Haute-Fidélité dans son numéro du mois de mai 2015 (à lire ici) affirme :

"Après la bonne surprise des compactes Xavian testées dans notre numéro 202, c’est la confirmation du talent de ce constructeur tchèque que nous ont révélé les colonnes NeoX2. Dans cette tranche de prix et de produits, elles chamboulent l’ordre établi. Nous vous recommandons vivement de les écouter" (Dominique Mafrand)

Lien Boutique : Xavian Neox 2

 

samedi, 25 avril 2015 10:50

Ortofon MC Quintet Blue MC : une écoute

Évaluer cet élément
(13 Votes)
Comme par inadvertance, depuis quelques jours, après m'être séparé de la superbe platine Soulines Edgar, reprise par le distributeur Exclusive Audio afin de permettre au magazine Haute Fidélité de la tester, j'écoute, je découvre la cellule Ortofon Quintet Blue MC installée sur un bras Jelco 750 et une platine Acoustic Signature.

Des cellules, depuis de nombreuses années, j'en ai écouté, de bonnes et malheureusement de nombreuses moins intéressantes. Là, cette cellule, pour le tarif d'une bonne MM, apporte tout le plaisir d'écoute d'une MC, d'une vraie MC : dynamique, précise, détaillée, fluidité... Dans cette gamme tarifaire, à ce jour, je pensais la Sumiko Blue imbattable, je me trompai, l'Ortofon en tout point est plus passionnante à écouter, elle repousse assez loin les bruits de surface des vieilles galettes noires et apporte cette écoute naturelle très rarement obtenue avec des cellules à moins de 500 euros.

Attention cette cellule est une MC (bobines mobiles) donc elle possède un niveau de sortie très faible, 0,5 mV à 1000 Hz, et nécessite pour être bien exploitée un préamplificateur phono de qualité, comme l'Edwards Audio MC1 par exemple.

Lien Boutique : Ortofon MC Quintet Blue MC

Évaluer cet élément
(17 Votes)

Test paru dans le magazine Haute Fidélité n°207 (en kiosque dès aujourd'hui) et rédigé par Monsieur Philippe David.

"Lorsque nous laissons filer les plages musicales au lieu de revenir aux morceaux choisis pour évaluer tel ou tel aspect de l'écoute, c'est la preuve que nous sommes en présence d'un grand amplificateur.

Cet amplificateur mérite que l'on s'y intéresse pour ses nombreuses qualités, à commencer par sa haute musicalité. Une belle réussite."

Lien boutique : Fonel Emotion Classe AB MKII

mardi, 03 février 2015 10:25

Cantabile : lu dans la presse

Évaluer cet élément
(16 Votes)

Cantabile : Palets de découplage pour électroniques et platines vinyles conçu et fabriqué par la société française basée à Reims Dilixaudio.
En test ce mois-ci dans le Haute Fidélité n° 206.

"... le registre grave est plus défini, mieux articulé et gagne en netteté... le registre aigu paraît également plus libéré, plus aérien. Cet apport de définition profite également au suivi dynamique et aux attaques de notes...
Grâce aux Dilixaudio Cantabile, la restitution sonore gagne de manière flagrante, en définition, en intelligibilité et en musicalité sur pratiquement tous les plans !"

lien Boutique : Dilixaudio Cantabile

Évaluer cet élément
(12 Votes)
Dans le choix des câbles, comme dans le reste de mon installation, je privilégie toujours la neutralité. C’est pour moi la meilleure solution, car on fini toujours par se lasser des colorations que l’on trouvait pourtant agréable au début. J’en étais donc arrivé à acquérir des câbles de modularion « Studio Connections Monitor » qui correspondaient à mes attentes tout en restant dans des tarifs raisonnables, surtout que ma liaison préampli-ampli est longue de 8 mètres, XLR de surcroît, ce qui en fait vite une liaison onéreuse.

Après écoute, j’ai remplacé, ensuite, petit à petit, mes liaisons CD-préampli et pré RIAA-préampli par des « Studio Connections Référence » et, si le gain était sensible, je restais, maintenant je le sais, "bridé" par mes câbles Studio Connections Monitor de 2x8 m.

Dernièrement, grâce à une opportunité bien agréable, (merci à Opus 51 et à Studio Connections) j’ai pu remplacer mes 8m XLR.

Le remplacement du Monitor par le Référence Plus est un régal. Tout est meilleur, les détails ressortent mieux, les dernières petites duretés sont gommées, la micro-dynamique est plus perceptible, l’image est superbe, les plans sonores plus précis, plus stables, bien mis en valeur, la position des divers interprètes est facile à imaginer, c'est beaucoup plus joli dans l'aigu qui devient plus cristallin, surtout avec les vinyles et les SACD. On retrouve tous les infimes scintillements, toutes les signatures des différentes cymbales.
Les graves sont plus tendus, mieux définis et cela contribue à l’assise des masses orchestrales, elle aussi d’une stabilité exemplaire.
La neutralité est respectée et je retrouve ce qui m'avait plu dans le Monitor mais toutes les qualités sont exacerbées.

Lien Boutique : Studio Connections Reference Plus
Évaluer cet élément
(6 Votes)
Dans son numéro Hors Série Spécial Vinyle le magazine "Haute Fidélité" a testé la belle platine allemande Acoustic Signature Wow, vous retrouverez, naturellement l'intégralité de ce test dans cette revue dont le numéro est le 205. En voici un extrait de la conclusion, article rédigé par monsieur Dominique Mafrand : 



"... Nous n'avons pas été déçus des écoutes effectuées avec cette platine qui offre pêle-mèle une restitution libre et gracieuse, des timbres bien nuancés, des prestations dynamiques de qualité et un très bon sens du rythme. Les technologies embarquées sur ce modèle d'introduction à la marque se retrouvent également sur le haut de gamme du fabricant... Si la cellule Edwards Audio C200, (installée par le distributeur) fournit  un bon travail global d'analyse, il nous a semblé qu'elle n'était pas tout à fait à la hauteur des performances dont est capable la Wow. Il ne faudra donc pas hésiter à passer au cran supérieur. Une découverte... à découvrir"


Lien Boutique : Acoustic Signature Wow 

dimanche, 28 décembre 2014 16:42

Edwards Audio IA1-R mk2 : le test

Évaluer cet élément
(17 Votes)
Depuis maintenant plusieurs mois, nous avons l'occasion lors de démonstrations en compagnie de nos clients (ou visiteurs) d'écouter et de comparer, bien souvent avec le Rega Brio-R, cet amplificateur anglais. Les conclusions sont toujours les mêmes, les clients trouvent l'Edwards Audio vivant, dynamique et détaillé, il vous apporte la musique, les musiciens sortent des enceintes et vos pieds commencent à battre le rythme de la musique...

Sa présentation est à l'anglaise, simple et efficace. Il peut se voir ajouter, en option, une carte phono pour cellules MM


lien boutique : Edwards Audio IA1-R

Caractéristiques
 :

Puissance : 2 x 50 watts sous 8 ohms
Entrées : 3 x haut niveau RCA
Bande passante: 20-20.000 +/- 1.5 dB
Télécommande : oui

Musiques écoutées :

  1. CD - Michel Jonasz- Unis vers l'Uni (Unis vers l'Uni - Atlantic 1985)
  2. SACD - Keiko Lee - Fever (Delight - EMI 2008)
  3. CD - Elton John - Tonight (Live in Australia - MCA 1987)
  4. CD - Star Wars - Main Title (Star Wars - Sony 2004)
 
A l'écoute de la superbe interprétation de Fever par la japonaise Keiko Lee, nous sommes surpris par la reproduction de la dynamique. Le Edwards Audio IA1-R mk2, contrairement à la très grande généralité des petits amplificateurs stéréo, possède cette capacité à l'explosivité lorsque la musique le réclame et, c'est un vrai plaisir, nous avons l'impression d'écouter, ici, un gros amplificateur, bien plus onéreux.

Star Wars propose l'écoute d'un très grand orchestre symphonique composé de nombreux instruments aux timbres bien spécifiques et, là également, l'IA1-R s'en sort avec les honneurs, le hautbois reste un hautbois, les clarinettes possèdent leurs couleurs si marquées, les violons ont de la matière et les contrebasses de la définition, l'écoute est agréable et détaillée. L'orchestre se déploie et en largeur et en profondeur. 

Ces mêmes qualités sont retrouvées lors de l'écoute du Tonight en concert de Elton John. L'orchestre Australien envahit le fond de la salle d'écoute alors que le piano, mis légèrement en avant, garde ce côté dynamique et percutant que lui impose l'artiste.  

Edwards Audio IA1
 
Les écoutes se sont poursuivies, avec un vrai plaisir en utilisant bien d'autres enceintes (Monitor Audio Silver 6, AudioSolutions Euphony 90, Xavian Neox 1...), globalement les conclusions furent toujours identiques : 
     + qualités musicales très rares pour un amplificateur à ce tarif, 
     + puissance ressentie délivrée hors norme,
     + bande passante assez étendue, graves profonds et fermes, haut du spectre très détaillé sans agressivité,
     - finition à l'anglaise,
 

Le Système d'écoute :

Amplificateur : Edwards Audio IA1-R mk2
Sources : Marantz SA-8005
Enceintes : Xavian delizia
Câbles de modulation : Black Rhodium Sonata
Câble Numérique : Black Rhodium Star USB
Câbles HP : Black Rhodium Solo DCT++
Cable secteur : Studio Connections Power Carbon (ampli et source)
 

Les Notes :

Fabrication : 12/20
Image : 12/20
Timbres : 12/20
Dynamique : 13/20
Transparence : 13/20 
Qualité/Prix : 18/20
dimanche, 21 décembre 2014 17:56

Fonel Appassionata : lu dans la presse

Évaluer cet élément
(9 Votes)

Le magazine "Haute Fidélité" pour son numéro 205 a commis un Hors Série Spécial Vinyle dans lequel vous pourrez lire le test du préampli-phono, que nous apprécions tant, le Fonel Appassionata. 

"Cette première approche avec la marque Fonel s'est avérée de bon augure. L'Appassionata a défendu haut et fort les couleurs du tube... Autour d'un schéma exclusif, le constructeur a conçu une électronique extrêmement musicale dotée d'un pouvoir d'analyse et d'un niveau de définition particulièrement élevés... il mérite une écoute dans les meilleures conditions pour en apprécier le potentiel."


lien boutique : Fonel Appassionata